Washington veut aider les PME à créer de l'emploi

 |   |  360  mots
États-Unis« Il y a ceux qui prétendent qu'il faut choisir entre rembourser les déficits d'une part, et investir dans la croissance et l'emploi d'autre part?; c'est un choix qui n'en est pas un. » Mardi, Barack Obama a dévoilé une stratégie visant à faire reculer le chômage inscrit à 10 % aux États-Unis. L'hôte de la Maison-Blanche a annoncé qu'une partie des fonds du plan de soutien destiné par son prédécesseur à la finance (Tarp) serviront à stimuler l'emploi dans les PME. Pour autant, il ne renonce pas à diviser par deux, d'ici à la fin de son premier mandat, le déficit budgétaire inscrit à 1.400 milliards de dollars.Pour les PME, Obama propose des réductions d'impôt, des incitations fiscales à l'embauche et la mobilisation des fonds publics pour soutenir le crédit bancaire qui leur fait défaut. Par ailleurs, il souhaite que des fonds du plan de relance budgétaire adopté en février soient débloqués pour développer les infrastructures et que des ressources supplémentaires soient dédiées à l'efficacité énergétique pour stimuler les « emplois verts ». Le président désire enfin que les allocations et les assurances santé des chômeurs soient prolongées.le temps presseAprès la destruction de 7,2 millions de postes depuis la fin 2007, les économistes anticipent une reprise graduelle des créations d'emploi en 2010. Mais le temps presse?: les élections de mi-mandat auront lieu en novembre prochain et faute d'amélioration notable du marché du travail, la majorité démocrate pourrait perdre des sièges, ce qui compliquerait un peu plus l'adoption des réformes présidentielles au Congrès. Depuis que le Trésor a annoncé que le Tarp avait coûté 200 milliards de dollars de moins que prévu, le Capitole est divisé sur l'emploi de cette manne. La majorité est favorable à de nouvelles aides aux États fédérés pour préserver leurs emplois publics, proposées par Obama. Les républicains estiment au contraire que la réduction du déficit fédéral est prioritaire. E.C., à New York le président propose des réductions d'impôt, des incitations fiscales à l'embauche.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :