François Baroin à Londres : « entente à trois sur le budget européen » 2011

 |   |  322  mots
De passage à Londres ce jeudi pour rencontrer ses homologues britanniques, François Baroin, le ministre du budget, n'a pu que constater une nouvelle fois le blocage complet sur les grandes réformes du budget européen attendues sur la période 2014-2020 : la France refuse de modifier en profondeur la politique agricole commune (PAC), tandis que le Royaume-Uni ne veut pas entendre parler d'une réduction de son rabais sur sa contribution nette aux caisses de l'Union européenne. « J'ai échoué à les convaincre, mais je n'avais pas grand espoir », souligne le ministre français. Lui-même n'est pas plus flexible : il insiste que la PAC n'est « pas négociable ».Mais derrière cette passe d'arme très feutrée, véritable marronnier diplomatique, le ministre du budget estime que la position de la France, du Royaume-Uni et de l'Allemagne - il a fait une visite à Berlin il y a dix jours - sur le budget européen de l'exercice 2011 sont proches. « Nous sommes alignés, ce qui n'est pas neutre. » Cela permet aux trois pays de faire front commun face à la Commission européenne, qui souhaitait une hausse de 4,9 % du budget européen pour l'année prochaine. « On ne peut pas laisser filer le budget européen, sans sourciller, tout en faisant preuve de discipline dans nos pays respectifs », note François Baroin. Les trois pays se sont donc mis d'accord pour une augmentation limitée à 2,9% du budget de l'Union européenne (UE). Ce front commun permet aussi de faire face aux demandes des nouveaux membres de l'UE, à l'instar de la Pologne (premier bénéficiaire net des caisses de Bruxelles), qui souhaitent remettre à plat la PAC et le rabais britannique lors des négociations du printemps prochain sur les budgets communautaires 2014-2020. Si bien que ni la France ni le Royaume-Uni n'ont intérêt à s'attaquer trop vivement sur ces deux sujets, et ont tout à gagner d'un statu-quo.Éric Albert, à Londre

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :