Solvabilité 2 : Pierre Moscovici s'engage à défendre les intérêts des assureurs à Bruxelles

\"Nous avons gagné plus que du temps, nous avons changé de démarche\", s\'est félicité Pierre Moscovici, ministre de l\'Economie et des Finances. Il s\'exprimait en ouverture de la conférence internationale sur Solvabilité 2 organisée pour la quatrième fois par la fédération française des sociétés d\'assurance (FFSA) et qui réunit les grandes fédérations d\'assureurs des pays européens. Le ministre a rappelé avoir plaidé en juillet auprès de ses homologues ministres des finances européens et obtenu la réalisation d\'un nouvelle étude d\'impact sur les effets des nouvelles normes prudentielles de l\'assurance, prévues par la directive Solvabilité 2 et modifiées par la directive Omnibus 2 qui est en cours d\'élaboration. Dans le cadre de cette deuxième directive, les assureurs espèrent obtenir un certain nombre d\'aménagements pour remédier aux défaut des formules de calculs des fonds propres de la première directive. L\'application des nouvelles normes devait initialement intervenir dès le 1er janvier 2013, mais pourrait être reculée à 2015 voire 2016.\"Vos intérêts sont ceux de l\'économie française\"\"A la fin du premier semestre 2013, nous reprendrons les négociations\", a indiqué le ministre précisant qu\'il préconisera la conciliation \"du respect des exigences prudentielles et la juste reconnaissance du rôle des assurances comme investisseurs de long terme\". Et de lancer aux assureurs dans la salle :  \"Je serai attentif à la défense de vos intérêts car ce sont les intérêts de l\'économie française\".Tout en appelant le secteur de l\'assurance à rester mobilisé, il s\'est dit prêt à \"mener ce débat - s\'il le faut ce combat - pour parvenir ensemble à ce juste équilibre\", entre d\'un côté, le contrôle des risques et de la solidité financière des assureurs et de l\'autre, le soutien au financement de l\'économie.Une fraction trop limitée de l\'assurance vie finance les entreprises françaisesPierre Moscovici a cependant regretté que \"seule une fraction limitée de l\'assurance vie finance en fonds propres et en dette les entreprises françaises\". Il a de plus déploré que \"l\'épargne financière des ménages (soit) abondante mais mal orientée\". Justifiant ainsi la nécessité \"d\'engager une réflexion globale dans le but de promouvoir une épargne longue\". Il a confirmé qu\'un projet de réforme de l\'épargne serait présenté début 2013 sur la base des recommandations émises par la mission confiée à deux parlementaires, Karine Berger et Dominique Lefebvre. 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.