Activité revue en hausse

 |  | 348 mots
Lecture 2 min.
chronique du consensusLes résultats trimestriels des entreprises ont dépassé les attentes dans la plupart des pays. À ce stade des déclarations de croissance de bénéfices du troisième trimestre 2009, les entreprises composant 6 des principaux indices de référence nationaux (sur un total de 22) n'ont pas annoncé de résultats à la hauteur des prévisions du consensus au troisième trimestre. Parmi eux figurent, l'Australie avec ? 75,5 %, le Portugal avec ? 27,8 %, le Brésil avec ? 10,9 %, la Chine avec ? 5,5 %, le Canada avec ? 3,6 % et Hong Kong avec ? 3,3 %.Du côté des chiffres d'affaires, la plupart des indices de référence affichent aussi de bonnes surprises?: les entreprises de 5 pays seulement ont déçu, en premier lieu la France avec ? 9,8 %, le Chili avec ? 3,0 %, l'Allemagne avec ? 2,3 %, la Belgique avec ? 1,4 %, tandis que les États-Unis sont quasiment à l'équilibre avec ? 0,4 %.Pour 2010, les analystes entrevoient une croissance des bénéfices de + 24,7 % aux États-Unis. L'expansion mondiale en cours et les récentes révisions à la hausse des prévisions de résultats indiquent que le consensus continue probablement de pécher par excès de prudence. Sachant que les profits augmentent souvent plus vite que prévu au sortir des récessions, il est fort probable qu'ils dépasseront à nouveau les données du consensus pour le premier trimestre 2010. D'autant que les sociétés américaines sont devenues bien plus productives (la production par travailleur a bondi de 9,5 % au troisième trimestre, plus que jamais depuis 6 ans). La croissance des chiffres d'affaires devrait également redevenir plus favorable?: les analystes attendent aux États-Unis une progression moyenne de + 5,6 % par trimestre entre fin 2009 et fin 2010, ce qui semble raisonnable après la correction trimestrielle moyenne de ? 9,6 % enregistrée entre fin 2008 et le troisième trimestre 2009. Il faut toutefois noter que les anticipations actuelles sont inférieures à la moyenne des progressions entre 2005 et 2008 (+ 8,9 %), en raison d'une reprise économique prévue plus lente que lors du dernier cycle. nle consensus continue probablement de pécher par excès de prudence.Par Jean-Luc Buchalet (en haut) et Pierre Sabatier, respectivement PDG de Pythagore Investissement et de PrimeView.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :