La chaîne B&B convoite les hôtels JJW

 |   |  317  mots
Le numéro trois français de l'hôtellerie, la chaîne de catégorie économique B&B, s'est vendu à son nouvel actionnaire, le fonds d'investissements Carlyle, sur la promesse d'un vrai modèle de développement qui intègre une accélération des ouvertures et d'éventuelles acquisitions. Seulement quelques semaines après avoir quitté le giron d'Eurazeo, son précédent actionnaire, B&B passe déjà à l'action.Le groupe est en négociations exclusives pour le rachat de 25 hôtels du groupe JJW, propriétés du cheikh Al-Jaber. Une offre ferme devrait être déposée la semaine prochaine, annonce le président de B&B, Georges Sampeur, et si tout se passe bien, la transaction devrait aboutir dix jours plus tard. « Ce rachat nous permettrait de gagner trois ans de croissance », souligne le dirigeant. Cette avance sur l'objectif s'ajouterait à l'augmentation du parc d'hôtels programmée d'ici à cinq ans. La chaîne compte passer de 227 hôtels à fin 2010 à 300 à 350 hôtels en 2015. Ce calendrier correspond à la durée moyenne d'investissement pour un fonds : « C'est un mariage avec divorce annoncé ! » s'amuse Georges Sampeur.Les cinq ans à venir seront donc intensifs. Le parc national, qui compte 184 hôtels, devrait être augmenté de 60 à 100 nouveaux établissements. La moitié de ce développement sera réalisée grâce à la franchise. L'hôtelier souhaite également conforter sa position en Allemagne en doublant la taille de son réseau, en passant de 30 hôtels en 2010 à 70 en 2015, uniquement par croissance organique faute d'opportunité. L'opérateur s'intéresse également à la Pologne, l'Italie et l'Espagne, et il est tenté par la Suisse et l'Autriche.En 2015, son volume d'affaires devrait dans ces conditions approcher les 500 millions d'euros. À l'issue de l'exercice 2010, il est ressortit à 215,2 millions d'euros, en croissance de 16,3 %. Et le groupe a dégagé un résultat brut d'exploitation (Ebitda) de 47 millions, en croissance de 25 %. Héléna Dupuy

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :