24.000 comptes d'HSBC Suisse divulgués

 |   |  352  mots
Ce ne sont finalement pas « moins de dix » comptes dont l'identité à été volée par un ancien salarié de HSBC Private Bank (Suisse) comme l'avait indiqué la banque en décembre dernier, mais 24.000. Jeudi, l'établissement suisse, filiale du géant HSBC a « présenté ses excuses » pour ce « vol grave de données en Suisse affectant une partie des comptes dans ce pays ». De son côté, l'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (Finma) a annoncé l'ouverture d'une enquête. Par la voix de son directeur général Alexandre Zeller, la banque a fait savoir qu'elle prenait contact avec ses clients « pour présenter des explications et des excuses pour la menace que représente ce vol pour leur vie privée ». Pour calmer l'angoisse de ses clients qui doivent regretter d'avoir compté sur la discrétion suisse, la banque s'est voulue rassurante : elle « ne croit pas que les données dérobées aient permis, ou soient susceptibles de permettre à un tiers d'avoir accès aux comptes d'aucun de ses clients ». Par ailleurs, elle a indiqué avoir « déjà » dépensé 100 millions de francs suisses pour renforcer ses sytèmes de sécurité.conflit diplomatiqueCette affaire ne concerne que des clients présents dans la banque avant octobre 2006. Un ex-informaticien avait volé des fichiers correspondants à 15.000 comptes à l'époque et 9.000 autres d'anciens clients. HSBC Private Bank (Suisse) revendique aujourd'hui 100.000 clients. Or ces fichiers, qui concernent notamment des clients français, se sont retrouvés entre les mains du fisc hexagonal à la suite d'une perquisition chez l'ancien salarié indélicat. Ce transfert et la volonté du fisc d'en profiter pour tracer des contribuables indélicats ont donné lieu à conflit diplomatique entre la France et la Suisse. Cette dernière a récupéré les fichiers il y a quelques semaines et les a transmis à HSBC la semaine dernière. Mercredi, la banque a souligné que « les autorités françaises ont informé les autorités helvétiques que les données qu'elles détiennent ne seraient pas utilisées de manière inappropriée ». G.L.S

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :