Flash infos

 |   |  284  mots
La Maison-Blanche ne croit pas à une décrue rapide du chômage malgré la politique de soutien à l'économie qu'elle met en oeuvre. À quelques semaines des élections législatives difficiles, début novembre, l'aveu risque de peser lourd sur le scrutin. Le taux de chômage « va rester élevé, cette récession est la plus profonde qu'il y ait eu de notre vivant  », a déclaré, lors d'un entretien sur la chaîne de télévision ABC, Austan Goolsbee, le nouveau président du Conseil des conseillers économiques de la Maison-Blanche que vient de nommer Barack Obama. « Plus de 8 millions de personnes ont perdu leur emploi, il va falloir un important effort de notre part et du temps avant que ça descende. Je n'anticipe pas une baisse rapide » du chômage, a déploré l'expert de la Maison-Blanche. Accroché à 9,6 %, le taux de chômage est au plus haut depuis mai. Sur une autre chaîne de télévision, Fox News, Austan Goolsbee s'est refusé à indiquer si le taux de chômage risquait d'atteindre 10 % en fin d'année. Il a convenu, comme le président Obama, que l'administration jugeait insuffisant le niveau actuel de la croissance (1,6 % au deuxième trimestre). « La croissance positive n'est pas aussi rapide qu'on le voudrait, et c'est pour cela qu'il faut qu'on se concentre sur notre politique. Elle va faire croître l'économie plus vite et remettre les gens au travail », a-t-il assuré.Nouvelles initiatives économiquesMercredi, le président américain a annoncé plusieurs nouvelles initiatives économiques (modernisation des infrastructures de transport, déductions fiscales pour les entreprises sur le coût de leurs investissements et sur leurs dépenses de recherche). Mais seront-elles suffisantes ? L. C.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :