Londres paradis fiscal

 |   |  380  mots
Vous ne trouverez l'Angleterre sur aucune liste noire ou grise du G20. Et pourtant l'Angleterre est le premier paradis fiscal européen. L'Union européenne s'acharne sur nos voisins suisses mais ferme les yeux sur une Angleterre qui pille toutes les ressources de matière grise financière depuis des décennies. Contrairement aux idées reçues, ce n'est ni par sa technologie, ni par son infrastructure, ni par son organisation, ni par son passé prestigieux que Londres a écrasé, entre autres, Paris et Francfort pour devenir la première place financière européenne puis mondiale. Non. C'est par la fiscalité. L'Angleterre a créé un statut fiscal « spécial » pour une catégorie de personnes : les « résidents non domiciliés ». Ces personnes qui vivent en Grande-Bretagne ne paient pas d'argent sur les fonds qu'ils apportent s'ils s'engagent à terme (sans plus de précision) à retourner dans leur pays d'origine. Voilà pour les cadeaux faits à Lakshmi Mittal, aux oligarques russes et à des grands gérants de fonds. De même, et c'est grâce à cette mesure que Londres a attiré tous les talents financiers internationaux, ces « résidents non domiciliés » ne paient des impôts que sur les revenus générés pendant leur présence en Angleterre. Il suffit donc de voyager souvent, même en vacances, pour parvenir à un taux d'imposition globale plus proche des 20 % que des 60 % confiscatoires en France. Le big-bang de Londres a été fiscal et lui a permis de gagner dans les années 1980 la guerre de la finance. Au nez et à la barbe de l'Union européenne dont elle fait partie sans en accepter les règles. Et cela risque de continuer. Cette semaine, le Trésor anglais a décidé de proposer aux fonds offshore de quitter les destinations exotiques pour venir à Londres en bénéficiant d'incitations fiscales tout en ayant un label onshore. Il faut dire que, dans la plus grande hypocrisie et le plus grand cynisme, la plupart des hedge funds domiciliés dans les îles sont ouvertement gérés par des équipes basées à Londres. Pendant que la France fait la traque aux traders qui ont depuis longtemps quitté le pays, Londres affirme son statut de paradis fiscal? caché.Par Marc Fiorentino, PDG d'Allofinance.com

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :