Comment Vivarte transforme des contraintes en opportunités

Le groupe Vivarte a dû choisir de nouveaux outils de reporting pour remplacer ses anciennes solutions qui n'étaient plus maintenues à niveau par ses prestataires. La mission de ces nouveaux outils était double : réaliser un reporting trimestriel de gestion pour ses besoins internes, et un autre de consolidation statutaire pour les banques. Vivarte a fait l'objet d'un LBO en 2007 mais poursuit sa croissance par acquisition. En quelques années, il est devenu le leader européen du marché de l'équipement de la personne avec un peu plus de 3 milliards d'euros de chiffre d'affaires, 22.000 collaborateurs et 4.500 points de vente. Le groupe est unique dans son organisation avec une vente en centre-ville pour des marques et en périphérie pour le volume. Vivarte est premier distributeur de chaussures en France et en Espagne avec des enseignes à notoriété assez forte comme La Halle aux Chaussures et Merkal Calzados.Stratégie de nichesEn France, il revendique 18 % de parts de marché en chaussurse et 5 % dans le vêtement avec des marques comme Kookai, Caroll, Pataugas et Besson. Dans le vêtement discount, il possède 770 points de vente. Il a aussi développé une stratégie de niche pour titiller ses propres marques et les forcer à devenir plus créatrices. Cela s'est traduit par les achats d'Accessoire Diffusion, Mosquitos et Les Fées de Bengale. À l'étranger, Vivarte a une forte présence en Suisse et en Europe du Sud avec 500 points de vente en Espagne. Un magasin de chaussures en périphérie couvre au minimum 500 mètres carrés de surface, tandis qu'un magasin de vêtements en centre-ville couvre au minimum 80 mètres carrés.« Nous avons essayé de transformer nos contraintes en opportunités », note Christian Nouvion. Opportunité de moderniser et d'unifier les systèmes, d'intégrer les besoins des filiales (compte de résultat par magasin) et de faciliter la comparaison entre les différentes phases du cycle de gestion (budget réalisé, actu en cours d'année et business plan). Ce dernier point semble tout bête mais avant l'installation de l'outil Cognos, cela ne pouvait pas se faire automatiquement. Il fallait remonter les informations « à la main » dans un tableur. L'une des principales fonctions du projet a été la progression quotidienne du chiffre d'affaires des magasins et, dans la phase semestrielle et annuelle, les comptes d'exploitation par magasin. Le groupe a retenu un assemblage de deux solutions, l'une de Cartesis pour le reporting financier et le reporting de gestion, l'autre de Cognos pour réaliser des analyses et le suivi budgétaire. Le chiffre d'affaires des enseignes, le chiffre d'affaires magasin mensuel et le compte de résultat magasin semestriel sont réalisés dans Cognos. En revanche, le parc de magasins remonte toujours par tableur Excel. En effet, la gestion d'un parc de magasins est assez compliquée. Pour le département immobilier, le magasin existe dès que le bail a été signé. Pour les commerciaux, il existe dès que les travaux d'aménagement ont commencé. Pour les financiers, il existe dès qu'il permet de réaliser du chiffre d'affaires. S'il est fermé, il cesse d'exister tout de suite pour le financier (plus de chiffre d'affaires) mais continue d'exister pour le responsable immobilier tant qu'il n'a pas matérialisé son congé.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.