Les grands groupes optent pour la gestion centralisée de leur flotte

 |   |  874  mots
Alma, c'est le nom d'une bataille en 1854. Mais aussi celui d'un pont à Paris en face duquel est situé le siège d'Air Liquide, leader mondial des gaz pour l'industrie, la santé et l'environnement. Alma a une autre signification chez Air Liquide ; c'est en effet le nom donné par le groupe au vaste programme stratégique lancé en 2008, qui intègre notamment un volet sur l'efficacité et la réduction des coûts. L'objectif est une diminution des dépenses de l'ordre de 300 millions d'euros pour 2009. La centralisation des achats du groupe ? qui s'élèvent à environ 7 milliards d'euros, hors énergie ? contribue à cet objectif.Et lorsque l'on parle d'économies au siège d'Air Liquide, le poste automobile que constituent les 6.600 véhicules gérés par le groupe en Europe est au c?ur des débats. « Nous avons mis en place depuis le 1er avril 2009 la Direction des achats indirects Europe qui couvre les familles de produits communes à tous les secteurs d'activités d'Air Liquide : la téléphonie, le travail temporaire, le ?facility management?, la location de véhicules, etc. , explique Dominique Jaffrès, directeur des achats indirects Europe chez Air Liquide. Cette organisation d'achats centralisée réunit 12 personnes et gère une vingtaine de pays européens. La location longue durée des véhicules représente une enveloppe de 65 millions d'euros en Europe. La politique de gestion du parc automobile de l'entreprise s'intègre donc pleinement dans le plan Alma. » une proie de tailleChez Air Liquide ? présent dans 75 pays et qui emploie 43.000 collaborateurs ? le parc auto est constitué à 70 % de véhicules particuliers et 30 % de véhicules utilitaires. Le « client » AL ? diminutif d'Air Liquide usité par les initiés ? est donc une proie de taille pour les acteurs du marché automobile, constructeurs et loueurs. Mais le fonctionnement est très organisé et, sauf à l'échéance des contrats de partenariats, les prétendants auront du mal à passer outre le process.« Nos véhicules sont loués. Nous procédons par appels d'offres en mettant en place d'une part des accords avec les constructeurs référencés et, d'autre part, avec les loueurs. Dans le cadre de cette organisation d'achats européenne, un ?category manager? Europe est responsable de la négociation des locations de véhicules longue durée avec le support des pays. Nous cherchons, pour chaque pays, le meilleur couple loueur-constructeur. Le choix de ce couple se fait en particulier sur la base du calcul du ?Total Cost of Ownership? (coût total de détention du véhicule) qui prend en compte le coût de la location, mais aussi la maintenance, la consommation moyenne de carburant, le coût des pneus, l'assurance, les taxes environnementales et société. D'autres critères, dont la politique ressources humaines, interviennent dans la décision », ajoute Dominique Jaffrès.La crise que nous traversons a eu un impact majeur sur la valeur résiduelle des véhicules loués. C'est bien là, aujourd'hui, un point qui impacte très fortement les spécialistes de la location longue durée. Chez Air Liquide, cette situation a accéléré le processus de concentration vers un nombre limité de loueurs et de constructeurs. « Par pays, nous avons deux loueurs sélectionnés pour bénéficier des meilleures conditions tarifaires par type de véhicule, le nombre de loueurs en Europe restant limité, explique Dominique Jaffrès. Par ailleurs le nombre de constructeurs sélectionnés peut aller jusqu'à une politique monoconstructeur dans certains pays où les contraintes locales le permettent. C'est le cas en France. Ces accords débouchent sur la réalisation d'un catalogue de véhicules proposés par pays ou par filiales. »« une relation de qualit頻Pour ses accords loueurs, Air Liquide travaille notamment avec LeasePlan-DCS et ALD ainsi qu'avec la société captive de Volkswagen-Audi. Le processus d'une négociation commence environ six mois avant la mise en place effective du contrat. Concernant les loueurs, la durée des contrats de location d'un véhicule est de trois ans, mais celle-ci peut être portée à quatre ans.« Les critères que nous observons pour faire notre sélection de loueur sont bien évidemment le prix mais aussi le service que fournit le partenaire et la qualité de la relation que nous pouvons mettre en place avec lui », explique Dominique Jaffrès. « Les accords constructeurs, eux, sont négociés pour une durée d'un à deux ans. Les critères de sélection sont là encore le prix ? remises et TCO ? les éléments de sécurité proposés sur les véhicules ainsi que les options qui permettent aux collaborateurs utilisant les véhicules de faire preuve de plus d'efficacité dans leur mission, comme le GPS par exemple. »Air Liquide renouvelle environ un tiers de sa flotte de véhicules chaque année. Au sein du programme Alma, la bataille des coûts est donc engagée et les troupes sont clairement en ordre de marche pour atteindre leurs objectifs. En France, cette approche nouvelle a déjà permis de générer une économie de l'ordre de 20 % du montant global de la flotte renégociée sur douze mois. Les partenaires sont prévenus.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :