Les banques françaises tenteront d'absorber la taxe sur les bonus

 |   |  439  mots
La taxe sur les bonus de Christine Lagarde n'aura pas l'effet escompté. Sa recette rapportera 360 millions d'euros dont 270 millions d'euros seront versés au Fonds de garantie des dépôts pour relever son plafond de 70.000 à 100.000 euros. Seul le solde, de 90 millions d'euros, renflouera les caisses de l'État. La nouvelle recette fiscale reste toutefois très limitée comparée aux 5 milliards de livres (5,5 milliards d'euros) que la Grande-Bretagne espère récupérer. En effet, le périmètre français est restreint puisque la taxe sera appliquée à seulement 2.500 salariés alors que les traders concernés à la City de Londres sont au nombre de 20.000.Environ la moitié des opérateurs français, soit environ 1.400 traders, seraient à la Société Généralecute; Générale et chez BNP Paribas, selon les cabinets de recrutement. Calyon, la banque d'investissement du Crédit Agricolegricole, en compte environ 350 et Natixis 250. Les 500 autres sont répartis dans les banques étrangères basées à Paris comme HSBC, Barclays, Morgan Stanley? Pour les deux plus grandes banques, BNP Paribas et Société Généralecute; Générale, la taxe ne devrait pas dépasser 100 millions d'euros chacune, environ 50 millions d'euros pour Calyon et une trentaine de millions d'euros pour Natixis, selon des sources proches. L'impact sera donc limité par rapport à la taille de chacune d'entre elles. Surtout, il sera en partie détourné. Beaucoup de banques anglo-saxonnes, comme Barclays, ont décidé d'absorber la taxe pour ne pas léser leurs traders. Les banques françaises seront contraintes de s'aligner au maximum et devraient elles aussi prendre à leur compte, en partie, l'effet fiscal, en tout cas pour celles qui en ont les moyens. La ministre des Finances, Christine Lagarde, s'est félicitée que, globalement, les bonus en France seront en baisse de 16 % par rapport à 2007, année la plus élevée en termes de rémunérations. prime réservée aux meilleursMais la réalité est plus variée. La baisse des bonus pourrait être plutôt de 20 % à 25 % chez Natixis et Calyon. Les deux banques, surtout la première, ont continué à perdre beaucoup d'argent à cause de leurs actifs toxiques et n'ont pas de grande souplesse financière. En revanche, BNP Paribas ne devrait baisser l'enveloppe globale de bonus que modérément puisqu'elle a les moyens d'absorber la taxe après une année 2009 exceptionnelle. La Société Généralecute; Générale pourrait aussi consentir un effort pour ses traders. Toutefois, ce sont les meilleurs d'entre eux qui resteront les mieux lotis. Les moins bons assumeront l'essentiel de la baisse de l'enveloppe globale des primes. Matthieu Pechberty

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :