Gouvernance et stratégie au menu du Crédit Agricole

 |   |  722  mots
Il y a un an aujourd'hui, la nouvelle organisation faîtière de Crédit Agricolegricole SA (CA SA) entrait en vigueur. Quatre directeurs généraux délégués autour de Georges Pauget, contre deux auparavant, et l'occasion de réattribuer un certain nombre de portefeuilles. À l'époque, alors que la crise financière battait son plein et que la Banque verte avait payé son tribut à la crise, la réorganisation avait été interprétée comme une reprise en main par les caisses régionales, actionnaires à 55 % du groupe. À l'époque aussi, les caisses avaient, lors de leur congrès, décidé de lancer à moyen terme le chantier du projet de groupe à dix ans. Elles savaient que celui-ci devrait être mis en ?uvre par une nouvelle équipe à la tête de la banque.réorganisation en coursEn un an, CA SA a sensiblement fait évoluer son profil. Le but du directeur général, Georges Pauget, était de « préparer la banque à la sortie de la crise ». Sur la période, peu de métiers ont été épargnés par les changements, sous-tendus par la volonté de prendre moins de risques, de se renforcer sur ce que la banque sait faire (la banque de détail est son berceau) et de réduire les coûts. Ainsi, le recentrage de Calyon entamé dès septembre 2008 et qui a déjà porté ses fruits, la constitution d'un pôle assurance en janvier suivi de la nomination d'un directeur général en juillet, la reconfiguration du périmètre de la gestion d'actifs via le rapprochement avec la Société Généralecute; Générale annoncé en janvier, la fusion Sofinco-Finaref lancée en mai ou encore le plan de restructuration de la filiale grecque Emporiki (annonces en juin et octobre) sont autant de chantiers opérationnels qui, sans être terminés, sont en tout cas suffisamment avancés pour que le groupe se concentre sur des sujets de plus long terme.nouveau managementL'un d'eux concerne la gouvernance. Lors de la prochaine assemblée générale du groupe, en mai 2010, René Carron, 67 ans, président depuis décembre 2002, laissera la place à son successeur. Si officiellement son candidat n'est pas encore déclaré, la pratique veut que le président de la Fédération nationale du Crédit Agricolegricole (FNCA) devienne celui de la structure cotée. Sauf coup de théâtre, Jean-Marie Sander, 60 ans, sera élu au printemps prochain. La future succession à la Fédération de ce dernier, président de la caisse Alsace-Vosges depuis 1993, est donc ouverte. Là encore, le nom, s'il n'a rien d'officiel, circule déjà. Selon nos informations, il s'agira de Dominique Lefebvre, président de la caisse Val de France, dont le siège est à Chartres. Âgé de 48 ans, agriculteur comme ses prédécesseurs, il fut le plus jeune président de caisse, puisqu'il fut élu en 1995, à la tête de la caisse Beauce et Perche qui devint après une fusion, Val de France. Interrogé par « La Tribune », Dominique Lefebvre indique qu'«?on est très loin des échéances et que la question n'est donc pas d'actualité?».Le futur président de la Fédération devra en tout cas valider le projet de groupe qui façonnera la Banque verte pour dix ans. Les groupes de travail n'ont pas encore commencé car la Fédération estimait raisonnable d'attendre les résultats du G20 et de ses exigences en matière de fonds propres pour avoir une meilleure visibilité. La réflexion devrait commencer en janvier, pour un rendu de la copie pour le prochain congrès de la FNCA en octobre prochain à Strasbourg. assimilationPourtant, note un proche, « la course d'élan pour préparer le projet de groupe est aussi importante que sa course pour le mettre en ?uvre. Mieux vaut prendre son temps, nous n'en sommes ni à six mois ni à un an près. Seule certitude, ce sont les hommes de demain qui vont le finaliser ». Quant au fond du projet, indique-t-on dans le groupe, « jusqu'à présent, au fur et à mesure de la croissance du groupe, on a eu tendance à penser que le partage des valeurs allait se faire tout seul. Nous avons compris qu'en matière de mutualisme, un peu d'acculturation sera nécessaire ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :