Laurent Gbagbo menacé d'asphyxie financière

 |   |  367  mots
Afin de faire plier Laurent Gbagbo, qui refuse toujours de reconnaître sa défaite à l'élection présidentielle ivoirienne, la communauté internationale tout comme le président élu Alassane Ouattara ont décidé de jouer la carte de l'asphyxie financière. Les ministres des Finances des pays membres de l'Union économique et monétaire d'Afrique de l'Ouest (UEMOA) doivent examiner aujourd'hui à Lomé un gel des comptes de la Côte d'Ivoire auprès de la Banque centrale des États d'Afrique de l'Ouest (BCEAO).Cette initiative, poussée par Alassane Ouattara qui a fait une bonne partie de sa carrière au FMI, est appuyée par les Nations unies et l'Union africaine. Sa mise en oeuvre désorganiserait complètement le système financier de la Côte d'Ivoire. La BCEAO est en effet la banque auprès de laquelle les banques commerciales du pays se refinancent.À moins de créer de toutes pièces une nouvelle banque centrale en Côte d'Ivoire, les banques ivoiriennes risquent de se retrouver dans l'impossibilité d'effectuer leurs opérations de compensation. « Cela revient de fait à exclure la Côte d'Ivoire de la zone franc », explique Philippe Hugon, économiste et directeur de recherche à l'Institut de relations internationales et stratégiques (Iris). Les salaires des fonctionnaires, dont le versement est effectué par le Trésor, ne seraient toutefois pas menacés.D'autres sanctions ont d'ores et déjà été prises lundi par l'Union européenne. Bruxelles a décidé de geler les avoirs et de refuser des visas aux « responsables qui ont refusé de se placer sous l'autorité du Président démocratiquement élu » Alassane Ouattara. En revanche, l'UE a écarté un gel de son aide à la Côte d'Ivoire dans la mesure où il pénaliserait la population.Ces sanctions peuvent-elles faire plier Laurent Gbagbo ? Richard Banegas, chercheur au Centre d'études des mondes africains (Cemaf), est dubitatif. « La Côte d'Ivoire est beaucoup moins sensible que des pays comme le Niger ou le Burkina Faso à la contrainte des bailleurs ». Le pays est le premier producteur mondial de cacao, un important producteur de café et pompe plus de 50.000 barils pétrole par jour. Il dispose donc d'importantes ressources. Xavier Harel

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :