ELX prêt à s'attaquer au marché européen des dérivés

 |   |  387  mots
Alors que les autorités de la concurrence européenne auront prochainement à étudier le dossier de la fusion entre Nyse Euronext et Deutsche Börse - si Nasdaq OMX ne vient pas tout chambouler -, un élément nouveau pourrait bien entrer en ligne de compte : l'arrivée de nouveaux concurrents sur le segment des dérivés. À l'occasion du rendez-vous annuel des professionnels des marchés de produits dérivés à Boca Raton (en Floride), le directeur général de ELX Futures, la petite plate-forme alternative spécialisée sur les produits de taux aux Etats-Unis, a dévoilé mardi son intention d'offrir en Europe des contrats à terme de taux. Pour l'heure, aucun calendrier n'a été fixé, mais Neal Wolkoff espère agir « relativement rapidement ». Le futur Bats-Chi-X Europe pourrait aussi être de la partie, sur les options ou les produits de taux, à compter de 2012.La création d'ELX Futures avait été annoncée dès décembre 2007 par huit grandes banques internationales, quelques mois seulement après le rachat du Chicago Board of Trade par le Chicago Mercantile Exchange, devenu CME Group. L'idée était notamment d'influencer indirectement la stratégie des marchés pour forcer l'innovation et ne pas avoir à dépendre d'une organisation unique. Alors que le paysage boursier européen connaît une nouvelle phase de consolidation - le rapprochement annoncé entre Nyse- Euronext et Deutsche Börse préfigure la fusion entre les marchés dérivés Liffe et Eurex -, Neal Wolkoff se dit prêt à offrir une « alternative », davantage d'efficience et de rapidité. Certaines questions doivent encore être réglées, notamment en matière de régulation ou sur le choix de l'organisme en charge de la compensation.RésistanceVenir sur le terrain de Bourses historiques n'est pas simple. Si sur les actions, Chi-X et Bats ont fort bien réussi, ELX Futures s'est heurté, dès son lancement en juillet 2009, à la résistance de CME Group, qui a refusé l'idée de transférer des positions ouvertes sur ses marchés vers une autre Bourse, via un échange de contrats à terme. Et ce, malgré l'intervention du régulateur, qui avait accepté son modèle. Mais Neal Wolkoff souligne que l'activité progresse. Selon Reuters, ELX traite désormais près de 100.000 contrats par jour. C. FR.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :