Pierre MarcoliniChocolatier « Haute Couture »Oubliez les ch...

 |   |  347  mots
STRONG>Chocolatier « Haute Couture »Oubliez les chocolats belges de papa, compassés et ennuyeux. Quand Pierre Marcolini déboule, avec son mètre quatre-vingt-dix et sa mitraillette à blagues, on sent tout de suite que ça déménage. Le petit gars de Charleroi, fils d'immigrés italiens de Vérone, a dépoussiéré le monde du chocolat avec ses malines et autres tablettes carrées. Design, mise en scène et intégration verticale ont fait son succès. Surtout que, depuis une dizaine d'années, l'artisan produit lui-même sa couverture, entendez la matière première, le cacao. Pour autant, pas question de se croire arrivé?: « Tous les jours, je suis au bord de la faillite », lance-t-il, bravache.Avec un chiffre d'affaires à 12 millions d'euros, le petit chocolatier a quitté son garage depuis bien longtemps pour installer quelque 22 boutiques de par le monde. En 2007, il se sépare de ses actionnaires historiques et vend 6 % de son capital au géant de l'agroalimentaire Nestlé. « Nous avons la possibilité d'interroger un grand groupe pour aller en Russie ou ailleurs et, de leur côté, il y a une vraie prise de conscience de la créativité et de la flexibilité d'un artisan », détaille le chocolatier. Et de préciser?: « Il n'y a pas de velléité de la part de Nestlé de manger le petit. »L'histoire débute en 1994 dans un petit atelier boutique de 30 m2. Les chocolats de l'Iris, le nom de la holding, se taillent une réputation en proposant des saveurs moins sucrées et plus fraîches. Dès 2000, il torréfie lui-même ses fèves.Pierre Marcolini parcourt le monde pour trouver sa matière première. Pérou, Venezuela, Java ou encore Équateur. Son coup de maître reste la signature d'un partenariat avec Cuba. Le régime castriste n'étant pas un fervent partisan de l'exportation de matière brute. « Le plus français des chocolatiers belges », comme le qualifie Pierre Hermé, entend continuer de se développer avec des projets en Chine et en Russie. Charlotte Richard

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :