Hidalgo promet 30% de logements sociaux à Paris, bluff électoral ou objectif réaliste ?

 |   |  896  mots
Pour se rapprocher des communistes en vue des élections municipales qui auront lieu fin mars, la candidate socialiste à la mairie de Paris Anne Hidalgo s\'est dit samedi \"prête\" à s\'engager à relever à 30% le taux de logements sociaux d\'ici 2030. \"J\'ai entendu dans les propositions faites par le Parti communiste à Paris, la proposition de 30% (de logements sociaux) à horizon 2030\", a-t-elle déclaré, lors d\'un débat à la fête de l\'Humanité. \"Moi je suis prête à m\'engager là-dessus\", a-t-elle promis. Anne Hidalgo s\'était jusqu\'ici conformée au nouvel objectif de 25% de logements sociaux fixé à la fin 2012 dans la loi relative à la solidarité et au renouvellement urbain (SRU). Le taux de 20% devrait, selon Bertrand Delanoë, être atteint d\'ici la fin de sa mandature. Selon les dernières estimations de l\'Atelier parisien d\'urbanisme (Apur), la ville de Paris comptait 202.000 logements sociaux début 2012, soit un taux de 17,6%, contre 13,4% en janvier 2001.10.000 nouveaux logements par an, sociaux ou nonCertes, \" il y a eu un rattrapage extraordinaire en matière de logement social\" depuis l\'élection de Bertrand Delanoë, a concédé Anne Hidalgo. \"Mais, en même temps, il faut aller beaucoup plus loin pour permettre à toutes les catégories\" de la population de pouvoir se loger. \"Je pense à tous ceux qui travaillent, à tous ceux qui ont des revenus, qui ne trouvent pas aujourd\'hui des logements parce que c\'est trop cher, parce qu\'il y a de la spéculation\", a-t-elle déclaré, annonçant un objectif de \"10.000 (nouveaux) logements par an, sociaux ou pas sociaux\" dans son programme.Paris et l\'embourgeoisement de ses quartiers populairesLe thème du logement dans la capitale a été largement abordé par les intervenants lors de la fête de l\'Humanité. Danièle Simonnet, candidate du parti de gauche, a ainsi évoqué la \"gentrification (l\'embourgeoisement de certains quartiers populaires, ndlr) qui se poursuit\" à Paris. \"Ça doit être notre préoccupation numéro un\", a-t-elle affirmé. Le chef de file du PC parisien Ian Brossat a quant à lui prévenu que, pour arriver à l\'objectif de 30% de logements sociaux, \"dès 2014, il faut se fixer un objectif de production de 7.500 nouveaux logements sociaux chaque année\". En effet, environ 100.000 parisiens sont aujourd\'hui dans l\'attente d\'un logement social, soit 8% d\'entre eux. Ce contexte devrait prospérer, car le coût du logement dans le parc privé étant trop élevé, les occupants de logements sociaux n\'ont pas intérêt à les quitter : le taux de rotation annuel du parc social n\'atteint ainsi que 4,5% dans la Capitale (contre 10% en France).Il n\'y a désormais plus le choix : il faut construire de nouveaux logements.Partir à la chasse au foncierMais pour ce faire, la possible future maire devra véritablement \"chasser le foncier\", car les espaces inoccupés se font très rares dans la Capitale. A chaque parcelle identifiée, tous les promoteurs se précipitent pour obtenir le projet, ce qui donne lieu à surenchère. Tout cela au détriment des ménages parisiens (70% sont éligibles au logement social) qui in fine subissent la répercussion des prix de revient à la vente ou à la location. A ce jour, l\'armée, la SNCF et Réseaux Ferré de France (RFF) sont identifiés comme étant les principaux propriétaires de terrains constructibles. La caserne militaire de Reuilly du douzième arrondissement, a d\'ailleurs été cédée cet été pour 40 millions d\'euros par l\'État à la ville de Paris, qui y fera construire 400 logements, dont la moitié de logements sociaux d\'ici à 2017.S\'appuyer sur le logement intermédiaire ?Pour cette opération, la mairie a aussi demandé d\'intégrer 20% de \"logements intermédiaires\", dont les niveaux de loyers se situeront entre ceux du secteur social et du secteur privé \"libre\". C\'est peut-être davantage sur ce type d\'habitation - qui a vocation à se développer- que la mairie de Paris aura intérêt à miser. Un statut à part entière du \"logement intermédiaire\" sera en effet créé en février par ordonnance. En parallèle -et parce qu\'il y a urgence-, un vaste programme de 10.000 logements collectifs intermédiaires va être lancé à l\'échelle nationale, grâce à l\'appui d\'investisseurs institutionnels qui bénéficieront d\'avantages fiscaux pour l\'occasion. Concernée, la ville de Paris devrait bénéficier d\'au moins 5% de ces logements.Fin des abattements sur les plus-values de cessions de terrains nusA court terme, le foncier constructible ne devrait en revanche pas venir des \"petits\" propriétaires. Le gouvernement a en effet décidé qu\'à partir du 1er janvier 2014, les abattements pour durée de détention concernant les plus-values de cession de terrains à bâtir devraient être purement et simplement supprimés. Il ne sera plus possible pour un propriétaire d\'espérer être exonéré de plus-value après 30 ans de détention d\'un terrain. Deux solutions se présentent désormais à lui : vendre rapidement avant la fin de l\'année 2013, ou attendre une prochaine modification de la législation. Pour aller plus loin : >> Consultez les dernières annonces immobilières>> Découvrez le prix du m2 dans votre rue>> Comparez les devis pour vos travaux>> Réalisez votre diagnostic immobilier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/11/2013 à 9:02 :
Les promesses socialistes c est moins que du vent le vent au moins on peut le transformer en energie ....Ils croient en plus être élu aprés les ravages qu ils ont fait à Paris et leur cote de popularité ??? C est dire leur niveau d aveuglement

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :