Présidence d'EDF  : le choix reporté

 |   |  280  mots
La succession de Pierre Gadonneix, dont le mandat à la tête d'EDF expire en novembre, tourne au casse-tête. Le conseil d'administration qui doit avaliser le futur président vient d'être à nouveau repoussé, du 23 septembre au dimanche 27 septembre au soir, voire, si le quorum ne peut pas être réuni, lundi 28 au matin.Contrairement à certaines rumeurs qui couraient la semaine dernière, le choix semble aujourd'hui encore très ouvert... peut-être faute de candidat idéal. Dernier nom qui émerge : Anne-Marie Idrac, secrétaire d'État au Commerce extérieur. Rompue à la gestion des entreprises publiques (RATP, SNCF), même si ses relations avec les syndicats n'avaient pas fait l'unanimité, sa nomination à la tête d'EDF permettrait, dit-on, de libérer un poste au gouvernement pour Frédéric Lefebvre, le porte-parole de l'UMP. Sans compter qu'elle s'est mise à l'énergie ces derniers mois en accompagnant les efforts à l'exportation du nucléaire français.schéma excluHenri Proglio, qui aurait agacé Nicolas Sarkozy, selon « Challenges », en « posant ses conditions », semble néanmoins encore en lice. Mais il devra faire un choix : tout à son projet de renforcement des liens entre Veolia et EDF, via leur filiale commune Dalkia, il tient à garder une fonction « non exécutive » chez Veolia. Schéma exclu par l'Élysée.De son côté, Henri Guaino, conseiller de Nicolas Sarkozy, n'a pas non plus renoncé à ce groupe, qui l'intéresse depuis des années. Ce qui le mène à favoriser la reconduction de Pierre Gadonneix, jusqu'en janvier 2012, à la veille de ses 69 ans, âge limite fixé par le statut d'EDF. Mais Nicolas Sarkozy souhaiterait un changement de tête tout de suite. À suivre.Marie-Caroline Lopez

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :