Bosch sera déficitaire en 2009

 |   |  375  mots
Bosch va mieux, mais il n'est pas encore tiré d'affaire. « Nous avons subi quinze jours à trois semaines de chômage partiel mensuellement dans nos usines pendant plusieurs mois. Aujourd'hui, le chômage massif est terminé. Et nous sommes revenus à un taux de saturation de nos sites plus satisfaisant », explique Guy Maugis, président de Bosch France. Mais les usines ne tournent encore qu'à hauteur « de 85 % » des capacités. Bosch a subi la crise des marchés automobiles, mais aussi la chute du haut de gamme en Europe. « Nous sommes très présents sur ce créneau, très consommateur d'équipements sophistiqués qui génèrent des frais fixes élevés. »Dans ce contexte, le premier équipementier automobile européen sera « déficitaire, pour la première fois depuis la guerre ». Il pourrait même enregistrer jusqu'à 3 milliards d'euros de déficit, selon le quotidien allemand « Handelsblatt ». Le groupe devrait réduire d'un quart environ son chiffre d'affaires automobile cette année. En 2009, il aura ainsi « supprimé 10.000 postes dans le monde et 435 dans l'Hexagone pour y ramener ses effectifs à 9.000 personnes ». Il a notamment annoncé des fermetures de sites. « Nous avons deux usines en cours de fermeture, qui fabriquent des systèmes de freinage. À Beauvais (Oise), nous avons déjà trouvé une solution, préretraite ou reclassement, pour la moitié des salariés (240). À Pont-de-l'Arche (Normandie), où nous employons 70 personnes, nous négocions actuellement avec les syndicats », précise Guy Maugis. Par ailleurs, à Mondeville (Calvados), une unité de 850 personnes spécialisée dans l'électronique, « nous discutons de préretraites pour 150 à 200 personnes. Il y a aussi des inquiétudes sur le site de Vénissieux (Rhône), où travaillent 650 salariés ». La France n'est pas seule concernée. Bosch avait annoncé, à la mi-octobre, la fermeture d'un site au pays de Galles, menaçant 900 emplois.alliance avec samsungPour rebondir, Bosch mise notamment sur son savoir-faire technologique. « Nous développons les véhicules hybrides de PSA. Nous nous occupons des moteurs électriques, de la partie électronique de puissance », souligne Guy Maugis. Bosch s'est aussi associé à Samsung pour fabriquer des batteries lithium-ion. « Mais nous travaillons aussi sur l'optimisation des motorisations à essence ou diesel, dont on pourra à terme réduire de 30 % les rejets de CO2. » Alain-Gabriel VerdevoyeInfographie1col 45mm

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :