Entendu sur BFM

« Il y a de moins en moins d'essence dans nos stations-service. Et au rythme des approvisionnements actuels, il n'y en aura plus d'ici la fin de la semaine, sauf déblocage [...]. Les dépôts sont pris en otage dans un conflit politique. On crée la rareté, on instrumentalise le carburant pour peser sur la situation économique, c'est un des éléments du rapport de force entre l'opposition et les pouvoirs publics sur le dossier des retraites. »Michel-Édouard Leclerc, président du groupe E. LeclercJean-Paul Deneuville, délégué général de la FNTR (Fédération nationale des transports routiers)Nous sommes en difficulté d'approvisionnement de carburants depuis bientôt une semaine et nous arrivons en limite d'exercice. Si les dépôts ne sont pas débloqués et s'il n'y a pas un certain nombre de mesures qui sont prises, nous ne serons plus en capacité de livrer à la fois les usines et les magasins. On s'approche d'une ?deadline? que je situe à mercredi. On risque d'être confrontés - et certaines entreprises le sont déjà - à des mesures de chômage technique. »Christian de Boissieu, président du Conseil d'analyse économiqueAu G20, chacun devra faire une partie du chemin. Les Américains doivent épargner davantage et réduire leur déficit extérieur. Les Chinois doivent s'engager sur une réévaluation graduelle de leur devise et il faut que les Européens prennent aussi des engagements pour qu'on soit totalement crédible vis-à-vis des autres. Si on désigne uniquement un coupable ou une victime, on n'y arrivera pas. »

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.