Carrefour tente de se relancer en France

 |   |  689  mots
Lars Olofsson en est déjà à défendre son bilan. Treize mois après son arrivée à la tête de Carrefour, le directeur général de Carrefour a décrit vendredi un à un l'état des chantiers en cours pour transformer le numéro deux mondial de la distribution. Il le fallait, tant l'exercice 2009 a été plombé. Son résultat net a fondu de 69,8 %, à 385 millions d'euros, pour un chiffre d'affaires de 85,9 milliards d'euros en repli de 1,2 %. Il a été grevé par 1,07 milliard d'euros de charges exceptionnelles, dont 766 millions d'euros de dépréciation d'actifs en Italie et 172 millions de charges de restructuration.La France, numéro un de ses priorités, est un marché où Carrefour avance, assure-t-il. Son résultat opérationnel y est pourtant en recul de 27 %. Et ses ventes ont reculé de 2,7 %, à 36,9 milliards d'euros. « Mais, pour la première fois depuis quatre ans, Carrefour y a regagné des parts de march頻, a souligné Lars Olofsson. Avec sa dizaine d'enseignes (Carrefour, Carrefour Market, Carrefour City, Carrefour Contact, Dia, Ed, Proxi, Shopi, etc.), elle s'est établie à 21,4 % en 2009, soit 0,3 point de plus qu'en 2008 et 0,4 point de plus à périmètre comparable. La conversion de l'ensemble des supermarchés Champion, détenus en propre, en Carrefour Market y a grandement contribué. « C'est un énorme succès », proclame Lars Olofsson. Un nouveau concept d'hypermarchésDu coup, le groupe accélère. Il lance un nouveau mode de promotions, Promolibre. Et il va poursuivre ses conversions d'enseignes en 2010. À un rythme soutenu : 400 magasins vont être transformés en Carrefour City et Carrefour Contact en France, pour mieux asseoir sa place en centre-ville et en zones rurales à la place de Shopi ou de Proxi. Le hard disounter Ed, en perte de vitesse, est aussi promis à la mort. En 2010, 250 de ses 900 magasins seront transformés en Dia, enseigne de maxi-discount, qui lui assureront un rendement de 30 % supérieur.Enfin, l'hypermarché, talon d'Achille de Carrefour, fera sa mue. Le groupe dévoilera, cet été, un nouveau concept de magasin. Lars Olofsson veut que « la fête y soit permanente », avec des événements dans les rayons pour y soutenir les ventes (voir « La Tribune » du 13 janvier). La réinvention de l'hypermarché passera aussi par une resserrement de l'offre. « Trop de choix tue le choix », juge Lars Olofsson. L'ancien patron de Nestlé va réduire le nombre de ses fournisseurs et augmenter de 15 % les références vendues sous ses marques de distributeurs, aux marges plus juteuses.L'allié Atacadeo débarque en FranceEn France, le groupe va aussi tester l'enseigne Atacadao. Mais, dans l'Hexagone, cette enseigne populaire, née au Brésil et rachetée en 2007 par Carrefour, sera amputée de ses rayons de cash-and-carry, où elle écoule des produits en lots aux détaillants et épiciers. Au passage, avec seulement des rayons de produits pas chers sur 7.000 mètres carrés, l'enseigne pourrait s'apparenter à un hypermarché discount ! Une formule que, dans quelques semaines, son concurrent Auchan entend précisément tester, à Mulhouse, dans un hypermarché moribond sous l'enseigne Pryba.L'hypermarché new-look de Carrefour sera aussi destiné à la Belgique, l'Italie et l'Espagne. Mais une fois qu'il aura été éprouvé. Là-bas aussi, le groupe cherche à relancer ses ventes. Chaque pays bénéficiera de son lot de nouveaux magasins. En Italie, où le groupe se replie sur le nord du pays, 700 Carrefour Express et 400 Carrefour Market seront ouverts. La Belgique devrait, elle, acceuillir 200 Carrefour Express et 120 Carrefour Market (voir encadré).Ailleurs, Carrefour poursuit son expansion. Il renforcera ses positions en Chine, avec l'inauguration de 22 nouveaux hypermarchés et 140 magasins hard discount. Idem au Brésil, où il ouvrira 12 Atacadao, 2 hypermarchés et 40 magasins de hard discount. Et, sans surprise, il dit toujours être sur un projet d'ouverture en Inde. Juliette Garnier ZOOM. Pas de retraite de Belgique« Le temps de l'action est venu en Belgique », a indiqué Lars Olofsson. Mais il ne s'agit pas de sortir du Plat Pays, a-t-il indiqué, démentant des informations parues dans la presse belge. Carrefour entend redresser ses ventes au plus vite. Il présentera mardi aux syndicats un plan de réorganisation du groupe aux 15.000 salariés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :