Les autres filmsKen Loach sur le sentier de la guerreAprès l...

 |   |  361  mots
Les autres filmsKen Loach sur le sentier de la guerreAprès l'hilarant « Looking for Eric », présenté à Cannes l'an dernier, le réalisateur britannique a voulu revenir aux choses sérieuses. Dans sa ligne de mire : la guerre d'Irak avec ce film récupéré en sélection officielle à deux jours de l'ouverture du Festival et présenté hier au jury. L'histoire de Frankie et Fergus, deux meilleurs amis engagés comme mercenaires en Irak par une compagnie privée. Le premier meurt dans une embuscade sur la « Route Irish » qui relie la zone verte à l'aéroport. Refusant de croire à cette version, Fergus décide de mener l'enquête. Si Loach dénonce de manière plus ou moins subtile la privatisation de la guerre, il n'y a ici aucune révélation comme cela a pu être le cas dans les films américains sur le sujet. L'intérêt de « Route Irish » réside dans le portrait de Fergus que brosse le réalisateur. Car son personnage n'a rien de manichéen. Au contraire. Ce qui est plutôt rare chez Loach et donne à ce film sa profondeur. l'âge de grâceIl y a deux jours, on donnait encore Mélanie Thierry (« la Princesse de Montpensier », de Tavernier) ou Juliette Binoche (« Copie conforme » de Kiarostami) gagnante pour le prix d'interprétation féminine. Hier soir, on se disait que la Coréenne Yun Jung-hee (330 films à son actif) avait aussi toutes ses chances de l'emporter. La comédienne porte « Poetry », l'éclaire de sa présence en offrant un jeu d'une extraordinaire subtilité. Il lui aurait pourtant été facile de tomber dans le pathos. Car elle incarne ici une grand-mère coquette atteinte de la maladie d'Alzheimer, élevant seule son petit-fils. Pour se changer les idées, elle prend des cours de poésie. Une bouffée d'air frais nécessaire lorsqu'elle apprend que l'adolescent a violé une gamine qui s'est ensuite suicidée. De ce sujet dramatique, le réalisateur Lee Chang-dong tire un film lumineux et aérien, parsemé d'images magnifiques saisies dans la campagne coréenne. Dommage qu'il soit un peu trop long. Yasmine Youssi, à Canne

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :