Metlife vise une croissance à deux chiffres en Europe de l'Ouest

 |   |  434  mots
Metlife affiche de grandes ambitions en Europe de l'Ouest grâce au rachat d'Alico, l'ancienne filiale internationale d'assurance de personnes d'AIG. Le groupe américain, leader sur son marché, a fait passer la part de son résultat opérationnel réalisée hors des Etats-Unis de 15 % à 45 %, sur la base des comptes 2009, grâce à cette acquisition conclue le 1er novembre pour 16,2 milliards de dollars. Une proportion qui devrait rapidement dépasser 50 %, notamment grâce au dynamisme des activités d'Alico en Europe de l'Ouest. Elles affichent une croissance moyenne annuelle de 31 % entre 2006 et 2008, contre 7 % pour le marché. « Nous visons une croissance organique à deux chiffres en Europe de l'Ouest, et en particulier en France qui reste notre tête de pont », annonce Marc Sevestre, PDG de MetLife Europe de l'Ouest. Pour ce faire, il compte s'appuyer sur les points forts de son dispositif, à commencer par son expertise du marketing direct. « Pour ce canal de distribution, Internet représente déjà près du quart de nos nouveaux clients, et nous comptons porter cette proportion aux environs de 50 % d'ici 2013 », précise Marc Sevestre. MetLife compte notamment développer un nouveau modèle promis à un développement rapide, à savoir prospecter en ligne et conclure, au choix du client, par le biais du réseaux physique (agents et courtiers), du téléphone ou d'Internet. Le nouvel ensemble pourra aussi s'appuyer sur les forces de MetLife, à commencer par son accès privilégié aux multinationales, en vue d'en faire des clients, ou bien des partenaires en ce qui concerne les banques. L'ex-Alico est en effet un spécialiste de la distribution en marque blanche. Développer le courtage« Nous pourrons aussi profiter de l'expérience de MetLife, par exemple en adaptant au marché européen des produits testés et affinés sur la marché américain, le plus mature au monde », poursuit Marc Sevestre. Pourrait-il s'agir des produits de retraite à annuités variables ? « Aujourd'hui le marché ne semble pas très demandeur, car les Français privilégient les produits simples, mais lorsqu'une vraie demande émergera, nous seront prêts à bouger », confie Marc Sevestre. MetLife compte par ailleurs continuer à développer son canal de courtage, à l'image du partenariat signé récemment pour l'Espagne et peut-être bientôt pour le Portugal avec Barymont, un réseau qui compte un millier de distributeurs indépendants. Enfin, Marc Sevestre n'exclut pas de faire de « petites acquisitions ciblées sur le marché », évoquant par exemple des « réseaux de distribution ou des petites sociétés spécialisées ». Alico avait ainsi racheté le comparateur Hyperassur en juin (lire ci-contre).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :