Sécurité  : la fin de l'angélisme

 |   |  260  mots
Quel maire a fait voter en novembre la mise en place de 1.300 caméras de vidéosurveillance sur la voie publique ? Bertrand Delanoë à Paris? l'un des leaders préférés des sympathisants de gauche !Preuve qu'en matière de sécurité, les socialistes évoluent. « Il ne faut pas retomber dans les erreurs du pass頻, avertissait voici quelques mois, sur son blog, Daniel Vaillant, l'ancien ministre de l'Intérieur de Lionel Jospin. En 2002, la « naïvet頻 de Jospin en matière sécuritaire, qui s'expliquait par sa volonté de ne pas braquer l'aile gauche de la majorité plurielle, lui a sans doute coûté pas mal de voix des classes populaires au premier tour de la présidentielle. En 2007, Ségolène Royal a compris la leçon puisque la candidate n'a pas eu peur de parler dans sa campagne de sécurité et de sanctions.différence sur ce sujetÀ l'instar de Royal, quelques candidats socialistes aux primaires pour la présidentielle de 2012 ont déjà fait entendre leur différence sur ce sujet. Manuel Valls, le député-maire d'Évry, est de ceux-là. Pour lui, le PS doit en finir avec le « gauchisme infantile ». À Lyon, le sénateur-maire Gérard Collomb n'hésite pas non plus à s'aventurer sur ces thèmes.Pour l'heure, le PS a trouvé comment parler de sécurité : en pointant l'augmentation des infractions malgré 14 lois et 115 modifications du Code pénal votées par la droite depuis 2002? En s'en prenant donc au coeur du bilan que Nicolas Sarkozy présentera en 2012. P. C.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :