Atari, bientôt "game over" ?

 |   |  331  mots
A peine six mois après avoir fêté ses 40 ans, l\'emblématique éditeur de jeux vidéo Atari a été contraint de déposer le bilan. La société-mère française Atari S.A l\'a fait le 21 janvier auprès du Tribunal de commerce de Paris, juste après que ses filiales américaines l\'ont fait à New York . Ayant été lâché par son premier actionnaire et prêteur BlueBay (29% du capital et des droits de vote), - malgré la restructuration drastique menée depuis plusieurs années-, Atari a demandé à être placée sous le régime protecteur de la loi sur les faillites.Cherche actionnaire de référence\"Depuis que BlueBay a annoncé, en octobre 2010, son intention de céder sa participation et de voir rembourser sa créance au titre de la ligne de crédit, aucun des investisseurs approchés n\'a souhaité remplacer BlueBay en tant qu\'actionnaire de référence\", souligne Atari dans un communiqué. Le groupe rappelle néanmoins avoir dégagé un résultat opérationnel courant positif au cours de ses exercices 2010-2011 et 2011-2012 et avoir dans le même temps réduit son passif. Une créance de 21 millions d\'eurosOr, la ligne de crédit consentie par BlueBay - qui représente une créance de 21 millions d\'euros - arrive à maturité le 31 mars 2013 dans des \"conditions de marché défavorables\". C\'est pourquoi l\'entreprise française et ses filiales américaines (Atari Inc., Atari Interactive Inc., Humongous Inc. et California US Holdings) ont demandé à bénéficier des protections ouvertes par le chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites et le Livre VI (Des difficultés des Entreprises) en France.D\'ici 90 à 120 jours, celles-ci espèrent ainsi avoir cédé la totalité ou la quasi-totalité de leurs actifs, qui comprennent des marques connues, comme Pong, le  jeu vidéo historique, le premier à avoir été commercialisé.Avec agences 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :