Un homme d'affaires dans la République populaire

 |   |  403  mots
le portrait ? Rong YirenÉtrange destin que celui de Rong Yiren, devenu milliardaire et vice-président de la République populaire sans être lui-même communiste. Sa vie illustre les vicissitudes et les fortunes d'une Chine qui aura vu disparaître l'Empire et la montée en puissance de la jeune République populaire. Né en 1916 au sein d'une famille parmi les plus riches du pays, à Wuxi, dans la province du Jiangsu, il sortira diplômé de la réputée université chrétienne St. John de Shanghai, avant d'intégrer l'empire industriel de la famille. Son père ainsi que son oncle étaient de riches industriels qui, au début du XXe siècle, contrôlaient une véritable galaxie industrielle, composée de filatures, de minoteries, d'entreprises de presse? Preuve de leur renommée, hors de Chine, ils étaient connus, l'un pour être le tycoon de la filature et, l'autre, le roi de la farine. battu et humiliéMais, en 1949, avec la prise de pouvoir par le Parti communiste de Mao Zedong, le jeune Rong Yiren voit son ascension bloquée. Alors que sa famille part se réfugier à Hong Kong, il choisit de rester, espérant un accord amiable avec le nouveau régime. Pendant un certain temps, il sera autorisé à diriger ses entreprises, avant leur nationalisation, dans les années 1950. En dédommagement, il sera nommé vice-maire de Shanghai. Durant la Révolution culturelle (1966 et 1976), en raison de son origine bourgeoise, il sera dénoncé, battu, humilié et devra exécuter des travaux domestiques pour survivre. Tout va changer avec la mort de Mao. Accédant au pouvoir, Deng Xiaoping, qui l'a remarqué depuis un certain temps, l'appelle au début des années 1970 à ses côtés pour lancer des réformes économiques. L'année 1979 va marquer son véritable envol. Sur ordre du parti, il fonde l'un des plus importants conglomérats publics du pays, China International Trust & Investment Corporation (Citic), bras armé économique du pays. À partir de ce moment-là, il voyage fréquemment et librement à l'étranger et réalise d'importants investissements dans des compagnies internationales. Dans le même temps, il favorise le retour des investisseurs étrangers en Chine. Rong Yiren accompagnera le fulgurant développement économique de son pays. Celui qui se définissait davantage comme un entrepreneur que comme un capitaliste s'éteint, milliardaire, dans son manoir à Shanghai, le 26 octobre 2005.R. J.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :