En Australie, plus de 15 milliards d'euros de réparations

 |   |  372  mots
Alors que le pays panse ses plaies, l'heure des premiers bilans a sonné en Australie. Les inondations qui ont ravagé le Queensland et le Victoria, tuant une vingtaine de personnes, s'annoncent déjà comme les plus coûteuses de l'histoire du pays. Selon les dernières estimations, le montant des réparations devrait dépasser les 15 milliards d'euros. La baisse des exportations de charbon et la destruction d'une partie de l'agriculture pourraient faire perdre au pays l'équivalent d'un point de PIB au premier semestre. Prévue pour atteindre les 3,5 % en 2011, la croissance plafonnera autour de 3 %, le regain d'activité lié à la reconstruction pouvant limiter les dégâts à partir de juin prochain. L'inflation devrait décoller aussi avec la hausse des prix des produits alimentaires qui se fait déjà sentir. Avec une augmentation qui pourrait atteindre 0,7 %, elle dépassera cette année les 3 % ciblés par la banque centrale du pays.Un fonds spécialLe grand nettoyage se poursuit dans la région de Brisbane, mais, selon les premiers chiffres, près de 40.000 bâtiments ont été détruits ou partiellement endommagés et leur réparation nécessitera 1,5 milliard d'euros. La facture la plus lourde concerne les infrastructures : le gouvernement a avancé le chiffre de 10 milliards d'euros pour réparer les routes, ponts et voies ferrées, ainsi que les installations de distribution d'eau et d'électricité détruites sur une superficie équivalant à la France et à l'Allemagne réunies. Le gouvernement fédéral, qui devrait prendre à sa charge les trois quarts des coûts, vient d'annoncer la mise en place d'un fonds spécial alimenté par une hausse de 1,5 % des cotisations sociales.La remise en route des mines de charbon demandera 2 milliards d'euros supplémentaires aux compagnies. Sur les 57 gisements du Queensland, premier État charbonnier du pays représentant à lui seul plus de la moitié des exportations mondiales de charbon de coke, seuls 15 % sont en production. Les travaux ont démarré sur les autres sites et quelques mines viennent de rouvrir, mais le secteur a déjà perdu 1,7 milliard d'euros à cause de la baisse de production de 15 millions de tonnes ces dernières semaines, soit 5 % du marché international. Aucun retour à la normal n'est attendu avant plusieurs mois. Olivier Casl

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :