Les Français sont (un peu) moins mauvais payeurs

 |   |  545  mots
Les Français sont-ils plus à même de rembourser leurs factures ? Malgré l\'austérité, le chômage et la baisse du pouvoir d\'achat, c\'est l\'étonnant constat révélé par le Contentia Recovery Index (CRI) mis au point par Contentia, filiale du groupe 3 Suisses, avec l\'appui de l\'Université de Lille I. Cet indice trimestriel évalue la capacité des ménages français à rembourser leurs impayés. Alors qu\'il chutait nettement en 2011, traduisant donc une hausse des impayés, l\'indice connaît au second trimestre 2012 un sursaut passant de 89,3 à 93,6%. Hélas, cette remontée de 4,3 points ne provient pas d\'une amélioration des conditions financières des ménages, mais a priori, à une poussée de scepticisme.Impayés en crédit conso : un plongeon de 18% Les consommateurs français restent sur leurs gardes. Plutôt que de s\'endetter outre mesure, ils ont réduit leur consommation et peuvent ainsi mieux rembourser leurs dettes.  Par exemple, le montant moyen d\'impayés a plongé de 18% pour les crédits à la consommation. Les dispositions de la loi Lagarde, en vigueur depuis 2010, apportent probablement une pierre à l\'édifice. Cette loi entendait responsabiliser ce type de crédit pour que chaque partie (les ménages qui y souscrivent et les professionnels qui les distribuent) mesure totalement les conséquences de l\'engagement. Par ailleurs, les consommateurs désirent sortir de l\'endettement le plus vite possible : les mensualités de remboursement, tous crédits confondus, ont augmenté significativement de 120 à 140 euros. Le bilan érigé se confirme... Le nombre de dossiers de surendettement déposés à la banque de France a diminué depuis un an. A titre d\'illustration, celle-ci recense fin 2011 un total de 3,5 millions d\'incidents de remboursement seulement pour les crédits aux particuliers (donc pas pour les factures impayées).Un beau panel du panier français moyen« En 2010, notre efficacité tout comme celle de nos concurrents en terme de recouvrement était en baisse. Parallèlement, les encours de nos clients (le montant global des dettes ndlr) s\'envolaient. Nous voulions donc comprendre pourquoi la capacité de remboursement des ménages était en baisse. C\'est de ce constat qu\'est né le CRI » explique Nicolas Cabaj, chef du service des études statistiques de Contentia. L\'indice réfère environ 100 000 ménages en situation d\'impayés et tient compte de neuf critères. Certains se basent sur des données directement récoltées par Contentia, autour de problèmes d\'impayés de quatre secteurs majeurs : la téléphonie, le crédit à la consommation, l\'assurance et l\'énergie. « Cela représente un beau panel du panier français moyen », ajoute Nicolas Cabaj. Les autres émanent de données publiques (fournies par la Banque de France), notamment concernant le surendettement. Si l\'indice ne prend pas en compte les crédits immobiliers, « c\'est parce que la plupart des débiteurs concernés ne sont pas propriétaires » justifie le responsable de la société spécialisée dans le recouvrement.Le CRI est calculé sur une base 100, créée en 2010. Les chiffres obtenus sont donc à corréler à l\'année 2010 qui en constitue le cadre de référence.  

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :