Le tiers payant chez le médecin va être généralisé d'ici à 2017

 |   |  359  mots
C\'est l\'aboutissement d\'un chantier lancé en février par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault qu\'a annoncé lundi la ministre de la Santé Marisol Touraine dans un entretien à Libération.\"D\'ici à 2017, quand vous irez voir votre médecin, vous n\'aurez plus à avancer le prix de la consultation (...) dés la fin de l\'année prochaine, le tiers payant sera ainsi possible pour les ménages aux revenus modestes\", a expliqué la ministre.Marisol Touraine a aussi annoncé que \"dés la prochaine loi de financement de la Sécurité sociale, les critères des contrats (de complémentaire santé) seront renforcés\".Se concentrer sur le patientLa ministre de la Santé veut par ailleurs ouvrir \"prochainement\" plus de 300 maisons de santé pluridisciplinaires dans les déserts médicaux afin d\'assurer un accès au soin pour tous.\"Nous mettons en place les praticiens territoriaux : il y en aura 200 à la fin de l\'année, a précisé Marisol Touraine. Ce sont des médecins généralistes qui s\'installent dans les zones désertées, et on leur assure un revenu garanti de 3.600 euros par mois\". La ministre s\'est toutefois défendue dans cet entretien de vouloir \"étatiser la médecine générale (ou) de marginaliser l\'hôpital, mais d\'organiser le parcours de soins autour du patient\".Le gouvernement veut relancer le dossier médical personnaliséMarisol Touraine souhaite aussi relancer le dossier médical personnalisé, testé par l\'opposition au début des années 2000, qui vise à simplifier les échanges d\'informations entre professionnels de santé en centralisant les données du patients dans un fichier informatique unique. Mais tous les patients ne seront pas concernés. Ont été évoqués par la ministre les personnes âgées et les personnes atteintes de maladies chroniques.La ministre a par ailleurs évoqué sa volonté de mettre en place une action de groupe en matière de santé \"dés l\'année prochaine\".Lire aussi :>> Marisol Touraine veut voir le prix des lunettes baisser>> Sécurité sociale : la sévère potion de la Cour des comptes

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :