Revue de presse

 |   |  335  mots
STRONG>Sud Ouest : Tramway et bus : à Bordeaux, la grève s'enlise chez KeolisLa grève qui touche le réseau de tramways et de bus de l'agglomération de Bordeaux, exploité par Keolis, est entré jeudi dans son septième jour. Mercredi, le directeur général de Keolis Bordeaux a constaté le désaccord qui oppose la direction de l'entreprise aux syndicats CFDT, FO, CGC et CFTC et quitté la table de négociations. Du coup, l'intersyndicale envisage de durcir le mouvement. Depuis dimanche soir, la grève n'est suivie que par 25 % du personnel environ (32 % chez les conducteurs). La direction propose notamment une hausse de 1,5 % des salaires, l'intersyndicale réclame 11 %.La Dépêche du Midi : Des « monnaies alternatives » pour consommer autrementAprès le troc et le groupement d'acheteurs, voici la monnaie complémentaire. Une monnaie utilisable localement, circulant parallèlement à l'euro, et qui permet à l'argent de rester sur place, sans alimenter la spéculation. Un mécanisme notamment développé en France par des gens comme Patrick Viveret, sociologue, essayiste, ex-conseiller du Premier ministre Jospin. Nommée Abeille, à Villeneuve-sur-Lot (Lot-et- Garonne), ou « Sol », présente dans le Nord, en Bretagne, en Ile-de-France, en Alsace, en Rhône Alpes, en Franche-Comté, elle sera lancée d'ici à quelques jours à Toulouse. Ces monnaies, convertibles en euros, sont utilisables dans des commerces ou entreprises de réseaux bien identifiés, soucieux de développement durable. Elles n'échappent pas au fisc puisque les montants échangés en monnaies complémentaires sont retranscrits en euros dans les bilans comptables. En Midi-Pyrénées, l'une des têtes pensantes du réseau Sol, c'est Frédéric Bosqué, un chef d'entreprise de Montauban qui, depuis 2006, expérimente avec 70 familles tarn-et-garonnaises les groupements d'achat, au sein d'une association baptisée Katao.Le Dauphiné Libéré : La grève continue chez ExpansiaDepuis le 3 décembre, le personnel d'Expansia, à Aramon (Gard), se mobilise contre la suppression de 43 postes (30 % des effectifs). L'usine est spécialisée dans la chimie fine pour l'industrie pharmaceutique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :