Brasilia tente de pousser le patron de Vale vers la sortie

À en croire les médias brésiliens, les jours de Roger Agnelli à la tête de Vale sont comptés. Voilà plusieurs années que les relations entre le gouvernement brésilien et le PDG du géant minier, principal exportateur du pays, sont tendues. En 2008, le président Lula da Silva avait vertement critiqué Roger Agnelli pour avoir procédé à des licenciements et à des coupes claires dans ses investissements au Brésil alors que démarrait la crise financière. Trois ans plus tard, la nouvelle présidente, Dilma Rousseff, lui reproche de ne pas avoir réglé 2,4 milliards de dollars (1,7 milliard d'euros) de droits de concessions minières. Le mandat de Roger Agnelli expire en mai et l'État, fort de ses participations indirectes dans le groupe, pourrait obtenir sa tête.Contacté par « La Tribune », le siège de Vale indique « ne pas avoir de commentaire officiel à faire sur ce sujet » ajoutant que l'avenir de Roger Agnelli « dépendait des actionnaires ». Parmi eux figurent Valepar, producteur de minerai de fer au capital duquel est présent l'État, la banque publique de développement BNDES et Previ, le fonds de pension des employés de Banco do Brasil, la plus importante banque publique du pays. De plus, selon le quotidien « Estado de São Paolo », le ministre des Finances, Guido Mantega, aurait demandé au président de la banque Bradesco, aussi présente au capital du groupe minier, de soutenir son effort.Outre des investissements jugés insuffisants au Brésil, le gouvernement reproche à Vale de ne pas soutenir l'industrie sidérurgique locale. Après avoir craint que Dilma Rousseff limoge le PDG de la major pétrolière Petrobras, Sergio Gabrielli, les investisseurs s'inquiètent d'une reprise en main par l'État de Vale. Seule consolation, les médias brésiliens avancent que Roger Agnelli devrait être remplacé par un homme d'affaires davantage réputé pour ses compétences que pour sa proximité avec le pouvoir. Éric Chalmet

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.