Les Français s'inquiètent de leur niveau de vie futur

Les industriels et les dirigeants de PME n'ont pas le moral ? Les ménages non plus. Publiée hier par l'Insee, leur opinion sur la situation économique a cédé trois points en février pour s'établir à ? 33, quinze points en dessous de sa moyenne de longue période. « Pour la première fois depuis octobre 2008, l'opinion des ménages est en baisse significative », commente l'Institut. Un accès de morosité déjà perceptible dans les récentes enquêtes de conjoncture réalisées auprès des chefs d'entreprise (lire « La Tribune » du 22 février).Commençons par le seul point positif de cette enquête : les Français ont moins peur de perdre leur emploi qu'au cours des mois précédents. « Ce dernier mouvement est en phase avec l'amélioration graduelle du marché du travail », explique Frédérique Cerisier, chez BNP Paribas, même si le chômage continue d'augmenter, à un rythme certes plus modéré.Problème, la crainte grandit de voir son niveau de vie reculer. Car c'est en effet le sentiment qui agite actuellement les ménages, constate l'Insee, d'où la dégringolade de l'indice. En conséquence, il leur semble moins opportun de faire des achats importants, comme acquérir une automobile flambant neuve par exemple. Impact sur la croissanceLa fin progressive de la prime à la casse ne produit donc pas seulement ses effets sur la consommation des ménages, en témoigne la chute de 16,7 % des achats de véhicules neufs en janvier. Elle pèse aussi sur leur moral, et donc sur la croissance. Dans ce contexte, rien d'étonnant à ce que la Commission européenne conserve un scénario de croissance molle (+ 1,2 %) pour l'économie française en 2010. Fabien Piliu

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.