Les parapluies Ayrens entrent dans le « patrimoine vivant »

Alors que la Chine déverse ses parapluies bas de gamme sur le marché mondial, il existe une petite société qui résiste, encore et toujours, au fin fond de la Dordogne, à Saint-­Pardoux-la-Rivière. Ayrens a en effet obtenu le label « Entreprise du patrimoine vivant » et participera, en septembre, pour la première fois, au Salon parisien Première Classe spécialisé dans les accessoires. Rodolphe Thiam qui a racheté cette entreprise dont l'origine remonte à 1868 espère ainsi s'ouvrir à l'international.Cibler de nouvelles clientèles à l'exportPour l'instant, Ayrens travaille principalement avec des maroquiniers français. Il cible différentes zones dont le Japon, grand consommateur avec un marché de 100 millions de parapluies par an, mais aussi les États-Unis, la Russie et la Chine. Issu du milieu de la finance, Rodolphe Thiam a été séduit par la créativité de cette PME et son haut degré d'exigence. Baleines en fibre de verre incassables, rivets en métal inoxydable, imperméabilisation très poussée du polyester, jeux de découpes et d'assemblages du tissu pour créer des motifs originaux dont 150 déjà déposés sont à mettre à l'actif d'Ayrens.Pour autant, l'année 2009 a été difficile pour la PME dont le chiffre d'affaires a chuté de 16 %, à 526.000 euros, avec 17 salariés. Mettant à profit ce ralentissement, Rodolphe Thiam a travaillé à simplifier le process sans remettre en cause les habitudes d'extrême qualité d'Ayrens. Il a, par exemple, supprimé la coupe à chaud pour éviter l'effilochage des pans de tissu et l'a remplacée par la pose de biais qui demande moins de temps. Il pense aussi à la croissance externe et pourrait finaliser rapidement un rachat pour peser plus lourd, moins dépendre de la météo et échapper à la vulnérabilité des entreprises monoproduit. Claude Mandraut, à Bordeaux

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.