Second tour historique en Côte d'Ivoire après onze ans de crise

 |   |  237  mots
La Côte d'Ivoire retient son souffle. Le pays choisit dimanche entre le président sortant Laurent Gbagbo et l'opposant Alassane Ouattara. Pour la Côte d'Ivoire, comme pour toute l'Afrique de l'Ouest, cette élection est l'espoir d'un nouveau départ après onze années de crise qui ont lourdement pesé sur la bonne marche des affaires. La Côte d'Ivoire, longtemps considérée comme la locomotive économique de l'Afrique de l'Ouest, est à l'arrêt depuis une décennie. Avec 38 % (Laurent Gbagabo) et 32 % (Alassane Ouattara) au premier tour, aucun des deux candidats ne peut tenir la partie pour gagnée. Arrivé troisième, Henri Konan Bédié a appelé à voter pour Ouattara, mais les reports de voix restent une inconnue majeure. « putschiste »L'UE s'inquiète de la radicalisation du second tour. La campagne « prend une tonalité qui n'est pas sans risques », a déploré la haute représentante de l'UE pour les Affaires étrangères Catherine Ashton. L'ONU a transféré 500 hommes du Libéria voisin pour renforcer l'opération des Nations unies en Côte d' Ivoire (8.500 hommes). Laurent Gbagbo accuse son rival d'avoir « fait tous les coups d'État » depuis celui de 1999 contre Henri Konan Bédié. Alassane Ouattara traite en retour Laurent Gbagbo de « putschiste ». Plusieurs échauffourées ont éclaté entre jeunes partisans des deux candidats ces derniers jours, faisant des blessés à Abidjan et dans l'intérieur du pays. X. H.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :