Société Générale : l'hémorragie se poursuit dans la filiale américaine de gestion d'actifs

Comme stabilisation, on a vu mieux. Selon ses propres chiffres, arrêtés à fin janvier, TCW, la filiale de gestion d'actifs californienne du groupe Société Généralecute; Générale, a vu ses encours chuter de 25 milliards de dollars (18,5 milliards d'euros) depuis le 4 décembre, date du licenciement de son gérant vedette, Jeffrey Gundlach. Celui-ci avait été remplacé le jour même par l'équipe de gestion de MetWest, un autre gérant reconnu pour ses excellentes performances, et que TCW a racheté.Gundlach, qui a lancé dans la foulée sa propre société de gestion et débauché environ 45 des 65 membres de son équipe, a depuis fait l'objet d'une plainte de TCW pour déloyauté, vol de données confidentielles et conspiration, qui lui réclame 200 millions de dollars de dommages et intérêts. Celui que ses équipes appellent « le Parrain » a répliqué avec une autre plainte, réclamant 1,25 milliard de dollars en frais de gestion et commissions de surperformance.Fuites « très contenues »Interrogé le 17 février lors d'une conférence de presse, Séverin Cabannes, directeur général délégué de SocGen, avait pourtant assuré que les fuites de capitaux chez TCW étaient « très contenues », puisqu'elles ne dépassaient pas 7 milliards d'euros, et que selon les équipes américaines, la situation était « stabilisée ». Mais le total des actifs sous gestion TCW et MetWest s'établissait à 115 milliards à la fin janvier. Un chiffre à comparer aux 140 milliards d'encours combiné de TCW et MetWest au 4 décembre, dont 30 milliards pour MetWest. Cette baisse de l'encours de 25 milliards ne s'explique toutefois pas entièrement par des sorties de capitaux, mais aussi par l'« effet marché », c'est-à-dire les variations de valeur des actifs.Les actifs sous gestion de TCW comprenaient notamment 24,5 milliards de dollars d'actions américaines à fin décembre. En appliquant à cet encours la baisse de l'indice large S&P 500 entre le 4 décembre et la fin janvier, soit 2,9 %, on arrive à une perte de l'ordre de 700 millions. Pas de quoi expliquer l'évaporation de 25 milliards. Mystère sur les sorties de capitauxQuant à l'encours investi dans l'obligataire américain (57 milliards à fin décembre), sa volatilité est typiquement bien inférieure à celle des actions. Interrogée par « La Tribune », Société Généralecute; Générale n'a pas souhaité préciser le montant des sorties de capitaux réalisées par ses investisseurs. Quoi qu'il en soit, TCW reste sous pression, malgré sa décision d'alléger de moitié ses frais de gestion, et de réduire ses commissions de surperformance de 20 % à 5 %. Ainsi, sur les 330 investisseurs de ses fonds Special Mortgage Credit I et II, qui avaient jusqu'au 19 février pour se décider, 199 ont choisi de rester, pour un encours de 1,7 milliard, les autres étant partis avec 1,3 milliard. Reste à savoir si la fin des « clauses de l'homme clé », qui permettent aux investisseurs de sortir ou de renégocier les mandats de gestion, marquera la fin de l'hémorragie pour TCW.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.