Du soja argentin vendu en yuan

« Le yuan dispose d'un très grand potentiel et devrait jouer un rôle de premier plan dans la refonte de système monétaire international. » Ce ne sont pas les autorités chinoises qui promettaient, il y a quelques mois, un si bel avenir à leur devise, mais Martin Redrado, le gouverneur de la banque centrale argentine. Après l'avoir fait avec plusieurs pays, notamment voisins ? Indonésie, Corée du Sud, Malaisie, Hong Kong ? ainsi que la Biélorussie, la Chine a signé, au printemps dernier, un accord avec l'Argentine, puis a négocié dans la foulée un projet d'accord du même type avec le Brésil. Cumulé, le montant de ces conventions s'élève à près de 100 milliards de dollars. En outre, la Thaïlande a annoncé, au début de septembre, réfléchir au même type d'arrangement. Dans tous les cas, il s'agit de « currency swaps », autrement dit, de contrats d'échanges de devises, permettant aux partenaires commerciaux de la Chine d'exporter et d'importer en yuan. un symbole fortL'Argentine, qui vend principalement du soja à Pékin, en a fait son deuxième plus grand partenaire commercial, tandis que le Brésil, qui fournit lui aussi du soja, mais aussi du minerai de fer et bientôt du pétrole à Pékin, a aujourd'hui la Chine comme premier partenaire commercial devant les États-Unis. Les échanges commerciaux entre Pékin et Brasilia devraient dépasser les 40 milliards de dollars cette année. Néanmoins, selon les observateurs, ces accords seront, dans un premier temps, limités aux seuls échanges bilatéraux, le yuan n'étant pas convertible. Mais le symbole est fort. C'est pour éviter d'utiliser le billet vert dans leurs transactions que de grands partenaires commerciaux de la Chine ont noué ces accords. Si, au-delà des voisins de l'ex-empire du Milieu, l'Amérique latine apparaît comme une cible idéale pour Pékin, du fait de la méfiance des Latinos-Américains vis-à-vis du billet vert, souvent imposé sur place par le Fonds monétaire international dans le passé, l'objectif chinois est plus ambitieux. Il s'agit, à terme, de jouer d'égal à égal avec le dollar. Ces initiatives semblent d'ailleurs trouver un écho favorable dans d'autres pays émergents, telles la Russie et l'Inde.Lysiane J. Baudu

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.