Immobilier de l'État à l'étranger : un chantier en friches

Loin des grands concepts de politique internationale, le sujet anime pourtant la chronique diplomatique. Comment gérer et que faire des 1.500 biens détenus par l'État à l'étranger et dont la valeur est estimée à 4,8 milliards d'euros. A la suite d'opérations de ventes qui avaient échoué, notamment en Irlande, Eric Woerth alors ministre du Budget, avait annoncé la création d'une agence foncière de l'État l'étranger. Mais cette piste, qui suscitait l'hostilité du corps diplomatique, paraît abandonnée. Michèle Alliot-Marie lui avait préféré l'idée de confier à une filiale de la CDC, la Sovafim, les importantes opérations immobilières que l'État aurait à mener à l'étranger. Un choix étonnant, alors que la Cour des comptes vient de suggérer la suppression de la Sovafim. A. E.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.