Les carences d'une ambitieuse refonte

La réforme ne se penche pas sur Freddie Mac et Fannie Mae. Placés sous tutelle fédérale en 2008 alors qu'ils étaient au bord de la faillite, les deux géants du refinancement hypothécaire ont depuis perçu près de 145 milliards de dollars d'aides. De plus, la fusion des autorités boursières (SEC) et des produits dérivés (CFTC) n'aura pas lieu, pas plus que n'existera le «super gendarme » bancaire, censé concentrer des pouvoirs dispersés entre plusieurs entités fédérales. Enfin, les actionnaires ne pourront émettre qu'un avis « non contraignant » sur les rémunérations dans les sociétés cotées.
En direct dès 8h30 - Une époque formidable

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.