Rémy Pflimlin commence à constituer son équipe à France Télévisions

 |   |  352  mots
À France Télévisions, l'entreprise vit une vraie pause estivale, après plus de deux années agitées par la suppression de la publicié, une vaste réorganisation interne, et l'attente de la nomination d'un nouveau PDG. Désigné mi-juillet, Rémy Pflimlin n'a pas souhaité anticiper sa prise de fonction officielle le 22 août, en s'installant à proximité du siège du groupe pour préparer son arrivée, comme l'avaient fait Patrick de Carolis et Patrice Duhamel, après leur élection au CSA en juillet 2005. Le futur PDG du groupe audiovisuel, Rémy Pflimlin doit d'abord passer le relais chez Presstalis, où il assiste ce mercredi à son dernier conseil de gérance (lire ci-contre). Pour autant, il a déjà choisi deux dirigeants pour l'accompagner à France Télévisions : Patrice Papet et Martin Ajdari. Le premier était à la direction des ressources humaines de Radio France depuis 2005, après avoir exercé cette fonction aux côtés de Rémy Pflimlin quand celui-ci dirigeait France 3. Il retrouvera le même chantier social qu'il laisse à Radio France, - celui de la renégociation de la convention collective. C'est à Radio France qu'il a travaillé avec Martin Ajdari, alors directeur général du groupe radio, et aujourd'hui directeur général de l'Opéra de Paris. À France Télévisions, ce dernier aurait en charge la partie gestion-administration. Damien Cuier, actuel numéro 3, directeur général en charge de la gestion, des finances et des RH, leur laissera donc la place. Pour le poste de directeur du numérique que Rémy Pflimlin veut créer à ses côtés, des contacts ont été pris. On cite Patricia Langrand, administratrice de France Télévisions et ex-patronne de la division contenus d'Orange, et Bruno Patino, directeur général de France Culture. Patrice Duhamel, numéro 2, qui supervisait à la fois les antennes, les programmes et l'information, ne devrait pas être remplacé poste pour poste. Rémy Pflimlin n'a pas caché son intention de renforcer les dirigeants de chaînes, et de leur donner plus de reponsabilités sur leurs programmes. Isabelle Repito

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :