Les fonds monétaires toujours dans l'attente d'une remontée des taux

En 2009, les encours des fonds de trésorerie régulière ont augmenté de 1,07 % à 381,1 milliards d'euros, selon des données d'Europerformance-Six Telekurs. Si la croissance est positive, c'est la plus faible depuis 1998. L'effet performance a très légèrement joué. En effet, le taux de rendement a atteint un plus-bas historique en corollaire de la politique monétaire menée par la BCE (Banque centrale européenne) qui a baissé son principal taux directeur à 1 %. Mécaniquement, le taux de référence du marché monétaire, à savoir l'Eonia, a suivi la même tendance, flirtant davantage avec le taux de rémunération des dépôts (0,25 %) qu'avec celui du « refi ». Ces faibles rendements expliquent les 2,6 milliards d'euros de rachat sur ces produits en 2009, les investisseurs arbitrant en faveur de classes d'actifs plus risqués.L'exercice 2010 ne s'annonce, pour le moment, pas meilleur. Après des souscriptions de 4 milliards en janvier, la tendance s'est inversée avec 7 milliards d'euros de sorties en février. Et avec un Eonia fluctuant entre 0,30 % et 0,35 %, une fois les frais de gestion prélevés, il ne reste plus grand-chose. Certains fonds recensés sur la base de données d'Europerformance-SIX Telekurs affichent même une performance négative. Les sociétés de gestion ont alors revu à la baisse leurs frais de gestion de quelques points de base pour maintenir une performance supérieure ou égale à zéro, tout en précisant que ce geste commercial était temporaire car il pèse sur les marges des sociétés de gestion.risques souverainsPour que les fonds monétaires redeviennent attractifs, une remontée de l'Eonia proche du taux de refi de la BCE est indispensable. « Ce serait le signe d'un retour au fonctionnement autonome du marché monétaire et à une normalisation de la politique monétaire de la BCE, indique Pascal Sanchez, responsable de la gestion monétaire d'Ecofi Investissements. Cependant, les risques souverains ont reporté de quelques trimestres la hausse des taux. » « Nous sommes prudents sur la remontée des taux courts car nous ne voyons pas d'assainissement de la situation avant la fin de l'année, indique Sabine de Lépinay, responsable de la gestion monétaire chez Robeco Gestions. La BCE ne pourra augmenter son taux directeur tant que les liquidités n'ont pas été retirées. » Mais malgré ces niveaux de taux bas, la spécialiste estime qu'un investisseur doit en avoir dans son portefeuille. Certains produits tirent d'ailleurs leur épingle du jeu et surperforment l'Eonia. Comment ? « Avec la baisse des rendements monétaires, les investisseurs cherchent de la performance en prenant davantage de risque, en allongeant la durée du portefeuille, et en s'exposant davantage sur le crédit avec des actifs de moins bonne qualit頻, explique Charlotte Quiniou, analyste fonds et sociétés de gestion chez Fitch Ratings.La consultation au niveau européen sur la réglementation et la classification des fonds monétaires occupera aussi les esprits cette année. Jean-Pierre Jouyet, président de l'AMF, espère arriver à un texte en juillet. Mais de nombreux gérants estiment que le calendrier ne sera pas tenu et considèrent qu'il y a un manque de clarté de la part des autorités. Du coup, « on ne sait pas comment investir », se plaint l'un d'entre eux.