Les mutuelles santé consolident leur solvabilité

Pour créer un groupe avec des liens de solidarité financière entre ses entités, les mutuelles santé ont désormais un outil juridique adapté : l'Union mutualiste de groupe. « Il s'agit d'une sorte de holding mutualiste qui ressemble à la Société de groupe d'assurances mutuelles (SGAM), créé pour les mutuelles dommages », et déjà adoptée notamment par Covéa (Maaf, MMa, GMF) ou Sferen (Macif, Maif, Matmut), explique Pascal Beaubat, président du groupe Intériale. Depuis l'adoption du décret d'application de ce nouveau statut en mars 2010, Pascal Beaubat a porté sur les fonts baptismaux la première UMG. Elle rassemble d'une part Intériale et ses émanations (Intériale Prévoyance et Intériale Filia), mutuelle du ministère de l'Intérieur issue de la fusion de trois mutuelles de la fonction publique ; et d'autre part la Mutuelle Générale des Affaires Sociales (MGAS). « Ensemble, nous avons une solidité financière plus grande », estime Pascal Beaubat avant de préciser que « chaque mutuelle s'engage à soutenir les autres en cas de besoin ». Une mutuelle peut ainsi appeler jusqu'à 2 % des cotisations des autres mutuelles. Au-delà de la consolidation financière, ce groupe représente « un renforcement de la proximité avec nos adhérents - grâce à l'augmentation des points de contacts - et un développement de notre offre », estime Bertrand Joigneault, directeur général de la MGAS. Le groupe, qui réalise environ 300 millions de chiffre d'affaires et compte 520.000 bénéficiaires, mise aussi à terme sur la réalisation d'économies d'échelle notamment sur les achats ou l'informatique. La stratégie et le rythme d'avancement des chantiers doivent être définis lors d'un conseil d'administration ce mercredi 30 juin. « Nous souhaitons couvrir un million de bénéficiaires d'ici trois ou quatre ans », indique Pascal Beaubat tout en avouant que plusieurs mutuelles de fonctionnaires ont manifesté le souhait de rejoindre l'UMG Intériale. D'emblée l'UMG qu'ont décidé de créer cinq grandes mutuelles de fonctionnaires, MGEN (Education nationale), MNH (hospitaliers), MNT (territoriaux), MGET (Equipement) et la MAE (Affaires Etrangères), va se classer comme le premier groupe de mutuelles devant Harmonies Mutuelles, et même comme le premier acteur français de la complémentaire santé avec 2,9 milliards d'euros de cotisations et 6 millions de personnes protégées, devant Axa. En cours d'élaboration « La première vocation de notre union est de renforcer notre solvabilit頻, indiquait vendredi Gérard Vuidepot, président de la MNH lors de la célébration des 50 ans de la mutuelle qui a encaissé 610 millions de cotisations en 2009. La convention d'affiliation des mutuelles à l'Union qui est en cours d'élaboration prévoit de traiter quatre sujets : la solvabilité ; la solidarité financière ; la politique de conventionnement avec les professionnels de santé en particulier dans le cadre du réseau Ligne Claire ; et enfin, la prévoyance. Au sein de ce dernier chapitre, la dépendance concentre l'attention car la MGEN et la MNH incluent déjà des garanties dépendance dans leur complémentaire santé. Or la réforme envisagée pourrait les contraindre à « multiplier entre sept et dix fois les provisions », au titre de ces garanties selon Gérard Vuidepot. Sur ce sujet, comme sur les autres, « nous allons converger », estime-t-il rappelant le caractère « très structurant » du groupe en cours de constitution. « Est-ce que nous aurons fusionné dans dix ans ? Peut-être...», estime le président de la Mutuelle Nationale des Hospitaliers, réaffirmant que «on ne s'unit pas pour la forme mais bien pour conforter notre développement».

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.