Flash infos

 |   |  264  mots
«?Un redressement progressif?». C'est ainsi que Luc Vigneron, le PDG de Thales, a qualifié la situation du spécialiste de l'électronique de défense, d'aéronautique et de sécurité après la publication de ses résultats semestriels. Thales a fait état mercredi d'un bénéfice net multiplié par plus de 11, à 138 millions d'euros au premier semestre 2010, contre 12?millions l'an passé à la même époque. Une performance en ligne avec le consensus des marchés, fixé à 136?millions. En revanche, les prises de commandes ont reculé de 12?%, pour s'établir à 5,14?milliards.«?L'environnement se durcit?», a souligné Luc Vigneron. Confrontés à la nécessité de réduire leurs dépenses publiques, plusieurs pays européens envisagent en effet de réduire leur budget de défense.Au cours du premier semestre, le résultat opérationnel courant de Thales a triplé pour s'établir à 204?millions d'euros. Son chiffre d'affaires a progressé de 4?%, à 5,95?milliards d'euros. Les analystes avaient anticipé des ventes de 5,91?milliards.Les dirigeants ont souligné que les prises de commandes 2010 s'inscriraient certainement en baisse par rapport à celles de 2009, sans donner davantage de détails. Luc Vigneron n'a par ailleurs pas exclu que de nouvelles charges soient passées à l'avenir pour «?deux contrats dont la situation est incertaine?», l'un lié à des programmes d'avions militaires turcs et l'autre à l'appareil de transport militaire A400M. Thales a cependant maintenu ses objectifs pour l'ensemble de l'année?: il table sur une stabilité des ventes et une marge opérationnelle courante de 3 à 4?%. «?Cela correspond à un résultat [net] positif?», a précisé Luc Vigneron.latribune.fr, avec agence

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :