Malgré la crise, va-t-on vers une « décennie en or » pour l'Allemagne ?

 |   |  566  mots
L’économie allemande après avoir ralenti ces derniers mois pourrait repartir bientôt. Certains commentateurs se montrent même très optimistesEt si le découplage entre l’Allemagne et le reste de la zone euro n’était qu’à ses débuts? C’est ce qu’affirment plusieurs analystes et économistes Outre-Rhin. Les récents résultats des différents instituts invalident en tout cas le scénario qui voulait voir l’Allemagne s’enfoncer avec le reste de la zone euro. Le dernier baromètre IFO montre ainsi un moral des industriels allemands qui reste à un bon niveau, certes en recul pour le 6ème mois d’affilée mais qui avoisine la barre des 100, sa moyenne long terme. L’enquête de l’institut DIHK auprès de 28 000 entreprises indique pour sa part que 89% sondés jugent la conjoncture « bonne et satisfaisante » et que seulement 14% d’entre eux pensent à diminuer leurs effectifs. Chute des exportationsEnsuite, la chute des exportations à destination de la zone euro est certes une réalité mais elle n’a pas eu l’effet dévastateur attendu : à fin août 2012, celles-ci sont mêmes en progrès de 5% par rapport à 2011, à 734 milliards d’euros. « Depuis quelques mois les exportations à destination de la zone euro ont fortement baissé et ne seront pas entièrement compensées par les autres pays. Mais la plupart des entreprises pensent que ce ralentissement est temporaire et nous attendons également une amélioration l’an prochain» explique Ulrich Kater, chef économiste chez Deka Bank à la Tribune.« Accélération de l’activité mondiale dans les prochains mois »Même diagnostique à l’Institut berlinois DIW: « on s’attend à une accélération de l’activité mondiale dans les prochains mois, particulièrement dans les grands pays émergents comme la Chine » analyse Ferdinand Fichtner chef de la conjoncture de l’institut. Du côté des grandes entreprises allemandes, les derniers résultats sont également au rendez-vous et de Continental à Adidas, en passant par Bayer, Henkel, Merck ou SAP, les groupes allemands annoncent des bénéfices records. Un dynamisme qui devrait perdurer : les carnets de commandes des constructeurs de machines-outils sont bien remplis, l\'industrie électrotechnique enregistre des exportations plus fortes que jamais, la Chimie présente des perspectives stables et l’industrie IT profite du boom des smartphones.Une décennie « en or » ou « en argent »Dans un récent rapport, la Deka Bank met en avant une croissance potentielle en Allemagne - la croissance long terme que le pays est en capacité de fournir- qui redémarre aux débuts des années 2000,atteint aujourd’hui les 1,5%, et continue sa progression à contre-courant de l’ensemble de la zone euro. Un ensemble d’indicateurs qui font pousser des ailes à certains observateurs. Récemment, un économiste de la Berenberg Bank déclarait dans les colonnes du Financial Times Deutschland « Cette année, en raison des turbulences dans la zone euro, l’économie du pays n’a pu en profiter pleinement mais fondamentalement une décennie en or paraît possible pour l’Allemagne ». Alors que d’autres parlent d’ « années grasses », Ulrich Kater temporise et attend, lui, des « années en argent ».« Nous pensons que les freins à la croissance vont diminuer en 2013 et que les pays du Sud de l’Europe vont redémarrer en 2014. Il n’y aura alors plus d’obstacle pour le pays » conclut l’économiste. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :