Manuel Valls récuse l'idée d'être un « Schtroumpf » face à DSK

 |   |  360  mots
Manuel Valls n'est pas un petit candidat qui ferait simplement de la figuration face aux trois éléphants, dans la course aux primaires socialistes. D'aucuns ont comparé sa candidature - ou celle d'Arnaud Montebourg - à celle d'un « Schtroumpf » face à Dominique Strauss-Kahn, Martine Aubry ou Ségolène Royal ? Le député-maire d'Évry récuse cette idée : s'il s'est déjà déclaré candidat, c'est parce qu'il a « des propositions et un projet », a-t-il déclaré dimanche soir lors de l'émission « La Tribune »/BFM. Le député-maire d'Evry veut répondre à cette demande de gauche « moderne » en incarnant « la synthèse entre la république, l'ordre et la justice sociale ». Et selon Manuel Valls, le bon score de DSK dans les sondages traduit justement « le besoin d'une gauche réaliste ».Réalisme sur la tourmente financière qui affecte l'Europe. « Nous sommes dans le peloton de tête des pays qui ont une dette très lourde », a rappelé Manuel Valls, qui estime qu'il y a « de quoi être inquiet ». L'élu PS est favorable à l'inscription d'une règle d'or d'équilibre des comptes publics. Réalisme sur la dépendance, aussi, à propos de laquelle il doit y avoir un « grand débat national ». Le député-maire est « favorable au recours au privé », parce qu'il estime que « nous avons besoin de trouver de nouvelles ressources pour toutes nos politiques publiques ». Manuel Valls réclame par ailleurs un « big-bang fiscal », qui aboutisse à un système qui « pénalise moins le travail », et porte plus sur « la rente ». Il prône la fusion entre impôt sur le revenu et CSG, une réforme de la fiscalité locale, du patrimoine, et des entreprises, et une harmonisation au niveau européen.Réalisme sur la sécurité, aussi, sur laquelle il n'a « aucun complexe ». Manuel Valls est revenu sur son agression de la veille : « J'ai été agressé, insulté, menacé de mort par des voyous hier, dans le quartier des Tarterêts. C'est le fruit d'une ambiance créé par des années de gestion de Serge Dassault », a estimé l'élu, évoquant un « système mafieux » à Corbeil-Essonnes. S. T.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :