Candover et Terra Firma, premières victimes de la crise

 |   |  326  mots
La bulle de la seconde moitié des années 2000 avait porté les patrons de fonds de LBO au pinacle. Wall Street les avait proclamés « maîtres de l'univers ». Les deux années de crise les ont fait tomber de leur piédestal. Tous ont souffert, à des degrés différents. Certains ne s'en relèveront pas. Pour l'heure, difficile de savoir qui survivra ou non. Au début de la décennie, après l'éclatement de la bulle Internet, deux acteurs emblématiques du marché, Forstmann Little et Hicks Muse Tate & Furst, avaient disparu. longue liste« La mort d'un fonds d'investissement est une mort lente, explique un bon connaisseur du marché. Si une équipe perd la confiance de ses investisseurs, elle ne parvient pas à collecter de nouveaux capitaux. Son rôle se réduit alors à gérer les participations de ses précédents véhicules d'investissement puis à les céder. Une fois cette étape franchie, le fonds disparaît. » S'il est difficile de préjuger de l'avenir, certains semblent promis à un tel scénario. Le premier sur la liste est le britannique Terra Firma, dirigé par le célèbre financier Guy Hands. En 2007, il avait racheté EMI à un prix très élevé (6,6 milliards de dollars). Depuis, les ventes du label musical et sa valeur ont plongé. Aujourd'hui, le fonds affiche un taux de rentabilité annuel négatif (- 47,7 %) et aura toutes les peines du monde à convaincre les investisseurs de lui confier à nouveau de l'argent. Un autre acteur britannique, Candover, est aujourd'hui en très mauvaise posture. Avant la chute de Lehman Brothers, cette firme comptait parmi les plus puissantes en Europe, multipliant les investissements au plus fort de la bulle, comme Ferretti ou Expro. Aujourd'hui, son taux de rentabilité annuel est de - 26,4 %. Et la liste des fonds en péril est encore longue. Elevation Partners et J.C. Flowers, pour ne citer qu'eux, sont aussi en grande difficulté. A. M.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :