Le Footsie sauvé par les mines

lanAvec une hausse de 27??% en 2009, le Footsie s'apprête à terminer l'année sur une hausse comparable à celle des autres indices européens. Ce n'était pas gagné en début d'année. Si comme les autres indices, celui de Londres compte en son sein un poids prépondérant de valeurs financières (21?% contre 20?% pour le CAC 40 ou le DAX allemand), le parcours des banques outre-Manche n'a pas été aussi éclatant cette année que celui des établissements financiers en France ou en Allemagne. Avec une chute de 40?% depuis le début de l'année, Royal Bank of Scotland enregistre même la plus forte baisse du Footsie.Malgré cela, l'indice de référence de la place londonienne a tiré son épingle du jeu grâce à la composante de ses groupes miniers (20 % de sa pondération) qui ont fortement rebondi cette année. Les chiffres parlent d'eux-mêmes. Parmi les dix plus fortes hausses du Footsie, huit sont des groupes miniers. La palme revient au groupe de minerais et métaux Kazakhmys avec un bond de 457?% ! Des grands noms du secteur comme le géant de l'aluminium Rio Tinto (+ 173 %) ou encore Xstrata (+ 200?%) font partie de ce palmarès. Un rebond qui a suivi la crise financière et le brusque ralentissement économique à la fin de 2008 : le secteur des mines avait alors plongé. D'autant que certains groupes, à l'image de Rio Tinto, ont alors été fortement handicapés par le poids d'une dette encombrante. Le rally des groupes miniers pourrait se poursuivre si l'on se fie à l'avis des experts, qui assurent que le secteur devrait être animé l'an prochain par une vague de fusions-acquisitions. Gaël Vaut

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.