La Palestine espère réunir 1,2 milliard de dollars à Paris

 |   |  322  mots
Salam Fayyad espère obtenir jeudi à Paris les moyens financiers de créer un État indépendant l'an prochain. Le Premier ministre palestinien va en effet rencontrer les représentants des pays donateurs. Son objectif  : revenir avec 1,2 milliard de dollars d'aide en poche pour boucler son budget cette année. Sa mission ne s'annonce pas facile avec une récession qui menace dans la plupart des pays développés.Pour obtenir satisfaction, Salam Fayyad, un ancien haut responsable du Fonds monétaire international (FMI) qui a la confiance des occidentaux, a donné des gages. Une nouvelle loi contre la corruption prévoyant la création d'une sorte de « Cour des comptes » a été promulguée ces derniers jours afin de garantir la transparence du budget et de sanctionner plus durement les hauts responsables qui accepteraient des pots-de-vin. Salam Fayyad ne manquera pas d'utiliser également comme argument la nécessité de stimuler le début d'embellie de l'économie en Cisjordanie, qui devrait connaître une croissance de 8,5 % cette année, selon le Bureau international du travail (BIT). Cette reprise est en partie due à la levée partielle de barrages installés par l'armée israélienne sur les routes de Cisjordanie, ce qui a facilité les déplacements des biens et des personnes.« Cimetière industriel »Le message de Salam Fayyad commence à passer. L'Union européenne a ainsi annoncé son intention de permettre aux produits palestiniens d'entrer sans aucun droit sur le marché européen accordant ainsi à l'Autorité palestinienne un statut pratiquement équivalent à celui d'un État. Détail important toutefois : ce rapprochement ne concerne pas pour le moment la bande de Gaza contrôlée par les islamistes du Hamas. Israël a certes desserré un peu le blocus en permettant l'entrée sous la pression de la communauté internationale. Mais cette région, qui compte 1,5 million d'habitants, demeure selon l'expression du BIT un « cimetière industriel ». Pascal Lacorie, à Jérusalem

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :