La dette  : une charge de moins en moins tolérable

 |   |  191  mots
Le boulet est de plus en plus lourd à traîner. A 23.000 euros par Français, la dette nationale atteindra 86,2 % du PIB l'an prochain pour culminer en 2012 à 87,4 % avant d'entamer un reflux. Armée de ces chiffres, Christine Lagarde souligne qu'« à partir d'une dette égale à 90 % du PIB, tous les économistes s'accordent pour dire qu'on a là un frein manifeste à la croissance ». Pour la ministre de l'Economie, ce constat ? auquel il faut ajouter l'obligation faite à la France de tenir les engagements pris avec ses voisins européens ainsi que la nécessité financière de continuer à se financer à moindre coût ? justifie donc la politique de réduction des déficits dans laquelle s'engage Paris. Cet impératif est aussi à chercher du côté de la charge de la dette, c'est-à-dire les intérêts que cette dernière représente chaque année. Un niveau recordSur la période 2011-2013, cette charge augmenterait en moyenne de plus de 4 milliards d'euros par an, pour atteindre le niveau record de 55,2 milliards d'euros. Soit à un cheveu près l'équivalent de ce que devrait rapporter cette année l'impôt sur le revenu. Anne Eveno

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :