valeurs internationales  : des sélections payantes

Dans les marchés actuels, caractérisés par une forte volatilité, les gérants qui sélectionnent leurs titres un à un en fonction de la valeur fondamentale des entreprises réalisent de belles performances. Ayant fait la preuve de leur robustesse, ces firmes, très recherchées, résistent bien en période de baisse, tout en accompagnant les marchés lorsque ceux-ci remontent. La prime revient aux gérants qui parviennent à les dénicher avant les autres grâce à une recherche financière indépendante. C'est, par exemple, le cas de David Pastel, chez Pastel & Associés (lire l'interview sur le site Internet de « La Tribune »), qui applique un processus d'investissement strict sur l'ensemble des ses fonds. Il se classe troisième de ce palmarès avec Margin of Safety Fund (+ 54 % sur un an). Son univers d'investissement comprend environ 80 valeurs qu'il connaît parfaitement. Une vingtaine d'entres-elles composent le portefeuille. En tête du palmarès figure le fonds Credit Suisse global Value (+ 6 %), géré par Gregor Trachsel, qui recherche également des firmes mal valorisées par le marché. Il en retient environ 90 et donne un poids important au Japon qui représente un peu plus du tiers (35 %) du portefeuille. Les États-Unis (21,36 %), le Brésil (10,66 %) et l'Italie (9,61 %) sont également bien représentés. Géré par Adeline Sala-Baroux et Bruno Vanier, le fonds Premiumsphere (+ 55 %) est plus spécialisé. À hauteur des deux tiers de son actif, il est en effet investi sur des valeurs de l'industrie du luxe ou qui jouissent d'une forte image de marque internationale. Une stratégie partagée par le fonds Parvest Global Brand (+ 40 %), qui figure à la troisième place du classement dans les grands réseaux. Investissement non coté Parmi les firmes retenues par les gérants d'Edmond de Rothschild Asset Management, on retrouve des sociétés telles que LVMH, Hugo Boss ou Pernod-Ricard, ainsi que Volkswagen et Porsche dans le secteur automobile. On notera enfin la bonne performance du « tracker » de Lyxor, baptisé ETF Private Equity (+ 49 %). Celui-ci est spécialisé sur l'investissement dans les entreprises non cotées (capital investissement). Compte tenu des perspectives de reprise économique, meilleures que l'année dernière, cette classe d'actifs a en effet bénéficié d'un regain d'intérêt depuis quelques derniers mois de la part des investisseurs. nRetrouvez l'interview de David Pastel (Pastel & Associés) surLaTribune.frà la rubrique Vos Finance

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.