Profitez de la guerre des prix chez les brokers

Il est obligatoire de passer un nombre minimal d'ordres mensuels.Des frais de transaction jusqu'à 82 % moins chers? une tarification simple » : dès sa page d'accueil, le courtier en ligne BinckBank annonce la couleur. Ce nouveau venu en France va même plus loin : « Si vous trouvez moins cher ailleurs, BinckBank vous rembourse la différence ! » Ici, pas de forfait, mais un prix fixe déterminé en fonction du montant de la transaction. « Les différents abonnements qu'appliquent nos concurrents se basent sur des forfaits, ce qui exige que tous les ordres soient identiques. Mais dès que l'investisseur sort de son comportement habituel, il paie le prix », justifie Matthijs Aler, directeur général de Binck- Bank en France.Et pour cause ! Le plus souvent, les brochures tarifaires des courtiers en ligne mettent en avant la gratuité des droits de garde ou l'absence de cotisation mensuelle. Mais c'est sans compter les petits caractères en bas de page, qui conditionnent la gratuité à un nombre de transactions minimal dans le mois. Ainsi, les offres Classic ou Trader de Boursorama ou encore Petits ordres de Fortuneo prévoient la gratuité à condition de passer un ordre par mois au moins. À défaut, les deux brokers prélèvent respectivement 5,95 et 5,98 euros par mois. Chez Monabanq, ce sont deux ordres par mois qui sont exigés pour éviter de débourser 5 euros par mois. Quant aux offres destinées aux traders très actifs, prévoyant de passer 30 ordres par mois au moins, elles les incitent fortement à respecter leurs prévisions. Comptez 59,80 euros chez Fortuneo, 119 chez Boursorama et 250 chez Cortal Consors en cas de non-respect du quota de 30 ordres mensuels ! La stratégie de BinckBank laisse plus de liberté d'action à ses 7.600 clients, qui passent en moyenne 6 ordres mensuels. Et qui, ce faisant, sont plus actifs que le profil dominant des clients des brokers.D'après l'Association de l'économie numérique, sur Euronext Paris, la moyenne s'établit plutôt à un ordre en ligne par mois sur le million de comptes actifs. Vous avez donc intérêt à bien évaluer votre stratégie avant d'opter pour un abonnement. Et à vous intéresser à l'ergonomie et à l'information disponible sur le portail qui vous attire. Pour Denis Lapalus, éditeur du site « le Guide indépendant de l'épargne » (www.francetransactions.com), « chacun doit choisir son courtier en fonction de son profil. Les outils de Fortuneo s'apparentent à ceux des salles de marché, ce qui est très bien pour les investisseurs avertis, mais peu adapté aux boursicoteurs occasionnels ». Certains visent une clientèle de néophytes. Ainsi, Monabanq propose 24 leçons sur la Bourse et un portefeuille virtuel pour s'entraîner sans risque. Quant à Cortal Consors, il se fait fort d'un accompagnement personnalisé. « Dans un univers de prix tirés, notre souci n'est pas de les baisser plus, explique le DG Benoît Gommard, mais d'apporter conseil et accompagnement personnalisé à nos clients. Avec la crise, cet axe ne doit plus être un choix, il devient une obligation. » n

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.