L'événement de l'année

 |   |  209  mots
Paris capitale des arts ? Pas encore tout à fait. Mais la Ville Lumière n'en a pas moins retrouvé une place de choix sur le marché. La faute à la Fiac et à ses organisateurs. En réinstallant la manifestation au Grand Palais, en opérant une sélection rigoureuse des marchands invités, en proposant une foultitude d'événements autour de la foire, Jennifer Flay et Martin Bethenod (désormais à la tête du Palazzo Grassi, à Venise) ont su faire revenir, en quelques années, les plus grandes galeries et collectionneurs internationaux à Paris. Les premières disent n'avoir jamais aussi bien vendu (les galeries Henze & Ketterer, Wichtrach, à Berne, Riehen, à Bâle) ont rapporté plusieurs ventes jusqu'à 2,5 millions d'euros). Mais la Fiac n'est pas la seule responsable de ce retour en grâce de Paris sur le marché de l'art. Le salon Paris Photo (du 18 au 21 novembre) a joué son rôle avec une quatorzième édition considérée comme l'une des meilleures. Les transactions y ont particulièrement été soutenues. Et la vente aux enchères de photographies organisée par Christie's en parallèle du salon a établi un record. Un vintage de Richard Avedon, « Dovima et les éléphants » (1955) y a été cédé pour 841.000 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :